La Liberté

Kipchoge décevant 10e au marathon de Tokyo

Eliud Kipchoge n'a terminé que 10e dimanche à Tokyo © KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN
Eliud Kipchoge n'a terminé que 10e dimanche à Tokyo © KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN


Publié le 03.03.2024


Eliud Kipchoge a subi un couac dans sa préparation pour tenter de décrocher une troisième médaille d'or olympique consécutive cette année à Paris.

Le Kényan de 39 ans a terminé dimanche à une décevante 10e place du marathon de Tokyo, gagné par son compatriote Benson Kipruto.

Kipchoge a fortement faibli après une vingtaine de kilomètres et a franchi la ligne d'arrivée en 2h06'50. Kipruto s'est quant à lui imposé en 2h02'16, battant le record du parcours pour devancer deux autres Kényans, Timothy Kiplagat (2h02'55) et Vincent Ngetich (2h04'18).

L'Ethiopienne Sutume Asefa Kebede a remporté quant à elle la course féminine en 2h15'55, devant la championne en titre du Kenya Rosemary Wanjiru (2h16'14) et la championne du monde éthiopienne Amane Beriso Shankule (2h16'58). La Néerlandaise Sifan Hassan est arrivée 4e avec un temps de 2h18'05.

La course se déroulait moins d'un mois après le décès du recordman du monde Kelvin Kiptum (24 ans) et de son entraîneur rwandais Gervais Hakizimana dans un accident de la route au Kenya. Kiptum avait récemment battu le record du monde auparavant détenu par Kipchoge, avec un temps de 2h00'35 à Chicago. Les deux athlètes devaient se mesurer pour la première fois aux JO de Paris.

Kipchoge craque

Le marathon de Tokyo était la première course de Kipchoge depuis la mort de Kiptum, et il semblait sur la bonne voie pour récupérer le record du monde aux alentours de la marque des 15 km. Mais il a alors ralenti de façon spectaculaire, laissant Kiplagat, Kipruto et Ngetich dans le peloton de tête.

Alors que les difficultés continuaient à s'aggraver pour Kipchoge, Kipruto a dépassé Kiplagat à environ 30 km et s'est élancé vers l'arrivée pour établir un nouveau record personnel. "Quelque chose s'est passé au milieu de la course", a déclaré Kipchoge à la chaîne japonaise Nippon TV, sans préciser de quoi il s'agissait exactement. "C'est comme ça, ce n'est pas tous les jours Noël", a-t-il ajouté.

Il est "trop tôt pour dire" dans quelle forme je serai pour les Jeux de Paris, a poursuivi le Kényan. "Je vais rentrer, me relaxer et commencer à m'entraîner".

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11