La Liberté

L'auteur présumé des tirs à Sion "arrêté sans heurt"

Le dispositif policier mis en place a permis l’arrestation par les agents de la police intercommunale de Crans-Montana de l’auteur présumé des coups de feu alors qu’il se trouvait dans la région de St-Léonard à 15h43. © KEYSTONE/$6055030#2$
Le dispositif policier mis en place a permis l’arrestation par les agents de la police intercommunale de Crans-Montana de l’auteur présumé des coups de feu alors qu’il se trouvait dans la région de St-Léonard à 15h43. © KEYSTONE/$6055030#2$
Le dispositif policier mis en place a permis l’arrestation par les agents de la police intercommunale de Crans-Montana de l’auteur présumé des coups de feu alors qu’il se trouvait dans la région de St-Léonard à 15h43. © KEYSTONE/$6055030#2$
Le dispositif policier mis en place a permis l’arrestation par les agents de la police intercommunale de Crans-Montana de l’auteur présumé des coups de feu alors qu’il se trouvait dans la région de St-Léonard à 15h43. © KEYSTONE/$6055030#2$


Publié le 11.12.2023


L'arrestation de l'auteur de la fusillade qui a fait deux morts lundi matin à Sion s'est effectuée "sans heurts", a a indiqué la police en fin d'après-midi. La chasse à l'homme a mobilisé quelque 120 policiers et enquêteurs.

"L'arrestation s'est déroulée sans heurt", a annoncé en conférence de presse le commandant de la police cantonale Christian Varone. L'homme a été interpellé au volant de son véhicule à 15h43 vers Saint-Léonard, dans le Valais central.

Les forces de l'ordre qui étaient à sa recherche depuis le matin avaient déployé un "important dispositif" et diffusé notamment le signalement du tireur présumé. Environ 120 gendarmes et enquêteurs quadrillaient le canton, un système de traque qui a permis d'éviter sa fuite, estime le commandant.

L'homme détenait deux armes enregistrées à la police cantonale, précise Christian Varone, relevant qu'elles avaient été obtenues dans le cadre d'une procédure de succession. Concernant les motivations, le premier procureur Olivier Elsig souligne que le tireur doit encore être interrogé. Il est en état de l'être.

L'homme est connu des autorités judiciaires, surtout en tant que plaignant, dans des affaires dites mineures, soit d'atteintes à l'honneur, d'injures ou encore de menaces. Il n'était pas catalogué comme quérulent, détaille aussi Olivier Elsig.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11