La Liberté

L’EPER remet une pétition au Parlement pour une aide sociale juste

L’EPER a remis les 8551 signatures récoltées pour s’opposer à l'inégalité de traitement en matière d'aide sociale au Parlement mardi en fin de matinée. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
L’EPER a remis les 8551 signatures récoltées pour s’opposer à  l'inégalité de traitement en matière d'aide sociale au Parlement mardi en fin de matinée. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER


Publié le 28.06.2022
Partager cet article sur:


Toutes les personnes qui se trouvent dans une situation financière difficile devraient recevoir une assistance adaptée. L'Entraide protestante suisse (EPER) a remis mardi une pétition de quelque 8500 signatures en ce sens au Parlement.

La pandémie l’a clairement montré: les personnes qui n’ont pas la nationalité suisse et se retrouvent dans une situation critique ne bénéficient pas des mêmes accès à l’aide sociale que les ressortissants helvétiques, écrit l'EPER.

La loi stipule notamment que, pour les personnes admises à titre provisoire (permis F), et les permis S, soit actuellement les réfugiés d’Ukraine, le montant de l'aide devait être inférieur au taux normal applicable à l’aide sociale. En fonction des cantons, il peut être jusqu’à 40% inférieur au montant de base.

Permis B et C aussi discriminés

Or, la vie n’est pas moins chère pour les personnes concernées, pointe l'oeuvre d'entraide. Ceux qui disposent d’un droit de séjour légal (permis B ou C), vivent en Suisse depuis des années et ont travaillé dans le pays sont également discriminés. En cas de recours à l’aide sociale, leur permis peut ainsi être révoqué ou rétrogradé.

Conséquence, de nombreux étrangers renoncent à leur droit à l’aide sociale, avec pour résultat que des familles entières vivent dans la pauvreté. L’EPER a remis les 8551 signatures récoltées pour s’opposer à cette inégalité de traitement au Parlement mardi en fin de matinée.

L’organisation soutient parallèlement les objets parlementaires qui vont dans ce sens, comme l’initiative parlementaire "La pauvreté n’est pas un crime", déposée par la conseillère nationale Samira Marti (PS/BL). Elle demande qu’après un séjour légal ininterrompu de plus de 10 ans en Suisse, une révocation de l’autorisation de séjour ne soit plus possible.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11