La Liberté

L'ONU demande une investigation indépendante après Melilla

L'ONU appelle les gouvernements à garantir que les forces de sécurité ne recourent pas excessivement à la force contre les migrants qui tentent de rejoindre les enclaves espagnoles (archives). © KEYSTONE/EPA/Maria Traspaderne
L'ONU appelle les gouvernements à garantir que les forces de sécurité ne recourent pas excessivement à la force contre les migrants qui tentent de rejoindre les enclaves espagnoles (archives). © KEYSTONE/EPA/Maria Traspaderne


Publié le 28.06.2022
Partager cet article sur:


L'ONU demande des investigations indépendantes après le décès de plus de 20 migrants qui tentaient de rejoindre l'enclave espagnole de Melilla. Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme s'est dit mardi à Genève "très perturbé".

"Les circonstances ne sont pas claires, raison pour laquelle il y a besoin de mener une investigation et d'établir les responsabilités", a affirmé à la presse une porte-parole. Le Haut-Commissariat s'est penché notamment sur les vidéos qui montrent des migrants être battus et visés par des projectiles par les gardes-frontière marocains.

Il appelle les gouvernements à garantir que le recours à la force ne soit pas excessif. Plusieurs agences onusiennes avaient déjà déploré cet incident de vendredi dernier. Egalement mardi, le comité de l'ONU sur les travailleurs migrants avait aussi appelé à des investigations "immédiates" marocaines et espagnoles. Ces experts indépendants, qui ne s'expriment pas au nom de l'organisation, se disent "consternés".

Selon eux, il faut aussi établir si les victimes sont décédées en tombant des grillages ou en raison des actions des gardes-frontière. Le comité demande également des dispositifs pour des migrations sûres et d'honorer le droit d'asile. Outre les victimes, près de 150 policiers ont été blessés, selon les autorités marocaines, lors d'une tentative d'entrée de quelque 2000 personnes à Melilla.

"Nous sommes très inquiets", ajoutent les experts indépendants, dénonçant des violations du droit international. Ils rappellent que les migrants ne doivent pas être l'objet d'attitudes inhumaines. Ils estiment aussi que l'incident aurait pu être évité si les fonctionnaires étaient mieux informés sur les droits humains, notamment dans le recours à la force. Les autorités doivent identifier les victimes et aider leurs proches, alors que les blessés doivent être assistés, selon eux.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11