La Liberté

L'Open Forum "vraisemblablement saboté", selon le directeur du WEF

Certaines discussions de l'Open Forum se sont tenues devant des rangs très clairsemés. © KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON
Certaines discussions de l'Open Forum se sont tenues devant des rangs très clairsemés. © KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON
Certaines discussions de l'Open Forum se sont tenues devant des rangs très clairsemés. © KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON
Certaines discussions de l'Open Forum se sont tenues devant des rangs très clairsemés. © KEYSTONE/EPA/LAURENT GILLIERON


Publié le 25.05.2022
Partager cet article sur:


Le directeur du WEF Alois Zwinggi regrette le faible nombre de participants à l'Open Forum. L'événement, qui aurait initialement dû être annulé en raison de menaces de mort, a "très vraisemblablement" été saboté, a-t-il déploré.

Les personnes intéressées devaient s'inscrire en ligne pour participer aux rencontres de l'Open Forum. Pour certains événements, jusqu'à 70% des places étaient réservées, a expliqué M. Zwinggi mercredi à Keystone-ATS. Mais peu de gens sont venus.

Le directeur du Forum économique mondial (WEF) estime que la manifestation a été sabotée par "certains cercles" afin que "tout paraisse vide". On ne peut que spéculer si ce possible sabotage vient des mêmes personnes qui ont envoyé des menaces de mort à plusieurs collaborateurs du Forum, ajoute-t-il.

A la fin novembre, M. Zwinggi avait annoncé que l'Open Forum n'aurait pas lieu lors du WEF, qui devait se tenir en janvier. Depuis la pandémie de coronavirus, divers collaborateurs ont reçu de plus en plus de menaces, parfois même des menaces de mort, de la part de théoriciens du complot.

Le report du forum en raison de la pandémie de coronavirus a permis de prendre des mesures de sécurité appropriées. "Je me suis senti en sécurité", a-t-il expliqué. Les organisateurs vont maintenant analyser la question du nombre de visiteurs et prendre des mesures.

Une chose est toutefois sûre: l'Open Forum aura à nouveau lieu lors du prochain WEF en janvier 2023. Ce format a été mis en place en 2003, en réaction aux critiques selon lesquelles le WEF se tient à huis clos et exclut les citoyens ordinaires.

Un pont vers la conférence de Lugano

Plus globalement, l'Ukraine a été très présente cette année, tant dans le programme officiel qu'à Davos même. "Nous voulions réunir la délégation ukrainienne et les participants traditionnels au WEF pour discuter comment les entreprises peuvent apporter un soutien dans une crise humanitaire dans un pays en guerre", a expliqué M. Zwinggi.

La reconstruction du pays a également été un thème évoqué lors de nombreuses réunions. Pour Alois Zwinggi, le WEF a permis de bâtir des ponts vers la conférence de Lugano sur la reconstruction de l'Ukraine, début juillet.

Le président de la Confédération Ignazio Cassis a rencontré mardi le chef de la diplomatie ukrainienne Dmitro Kuleba pour discuter des derniers préparatifs de cette conférence. Il a dit espérer que des chefs d'Etat et de gouvernement fassent le déplacement.

Ce rendez-vous doit permettre de déterminer le montant des fonds alloués par les partenaires internationaux à la reconstruction de l'Ukraine.

Le climat, pas un "coup de pub"

Le climat a été le deuxième grand thème de cette édition 2022. Du côté du WEF, l'événement est "climatiquement neutre", a assuré M. Zwinggi. "Mais, bien sûr, tout ne se passe pas sous notre contrôle à Davos", a-t-il ajouté.

De nombreux véhicules thermiques transportent ainsi les délégations étrangères. "Nous ne pouvons pas dicter aux délégations gouvernementales comment elles doivent se déplacer en Suisse", a souligné M. Zwinggi. Mais la problématique est connue.

Le directeur du WEF rejette les accusations des manifestants du climat, selon lesquels le Forum encourage le "greenwashing" et utilise le climat pour se faire un "coup de pub". "Les défis liés au climat sont extrêmement importants" pour les organisateurs du Forum, qui cherchent constamment à s'améliorer, affirme-t-il,

La prochaine édition du WEF devrait s'ouvrir le 16 janvier 2023. Elle devrait avoir lieu durant la troisième semaine de l'année, car les agendas des dirigeants mondiaux ne sont pas encore pleins, explique M. Zwinggi. Et la neige a manqué à la délégation indienne, sourit-il.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11