La Liberté

22.01.2019

L'UDC au secours des familles paysannes

En conférence de presse, l'UDC Suisse a pris position sur la Politique agricole 22+ (PA22+) et l’initiative contre le mitage. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
En conférence de presse, l'UDC Suisse a pris position sur la Politique agricole 22+ (PA22+) et l’initiative contre le mitage. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER


22.01.2019

L’UDC a lié mardi la politique agricole 22+ et celle sur l'aménagement du territoire. Elle plaide notamment pour que les familles paysannes puissent vivre du revenu réalisé par leur production.

Après avoir examiné le projet PA22+, mis en consultation le 14 novembre dernier par le Conseil fédéral, l’UDC salue notamment le maintien du crédit-cadre agricole pour la période 2022-2025 et des mesures de protection aux frontières. En revanche, le parti critique les modifications apportées au système des paiements directs: "Ces changements privent les familles paysannes de conditions-cadres stables et claires qui leur permettent d’assurer durablement leur existence".

L’UDC observe également d’un œil critique le durcissement des exigences professionnelles auxquelles doivent à l’avenir satisfaire les agriculteurs pour obtenir des paiements directs. Elle refuse aussi l’assouplissement du droit foncier rural qui défavorise les familles paysannes.

L’UDC proposera en commission le renvoi du projet et, en cas de refus, un rejet du projet avec mandat de révision.

Renforcer l’agriculture productive

Dans une nouvelle stratégie, l’UDC demande à la Confédération de "cesser de prioriser l’écologie dans sa politique agricole, de ne pas ouvrir encore plus les frontières aux importations, d’améliorer les conditions-cadre, bref de renforcer la production indigène de denrées alimentaires saines". Les contraintes administratives imposées aux exploitations agricoles doivent selon elle être allégées.

Concernant le développement urbain, l’UDC rappelle que, pour elle, "l’immigration massive est la principale cause de la croissance démographique, des besoins supplémentaires d’espace, du mitage et de la surcharge des infrastructures". Elle estime que la limitation de l’immigration aux professionnels qualifiés est une condition essentielle à la sauvegarde des paysages.

Parallèlement, l’agriculture a besoin d’une plus grande marge de manœuvre pour construire en dehors des zones à bâtir afin qu’elle puisse continuer d’innover, d’accroître son rendement et de se moderniser: "Il s’agit en particulier d’autoriser la transformation et l’extension des fermes pour permettre aux familles paysannes d’habiter dans des logements modernes".

L’aménagement du territoire souhaité par l’UDC doit être financièrement supportable pour les citoyennes et les citoyens. Elle doit garantir un espace d’habitation et de travail suffisant, renforcer l’autonomie des cantons et des communes et permettre une exploitation agricole durable. La garantie et la liberté de la propriété doivent dans tous les cas être respectées.

L'UDC considère que "la révision de l’aménagement du territoire voulue par le Conseil fédéral et le Parlement ne tient aucun compte de ces principes, pire, elle tend même dans la direction opposée". L’UDC demandera donc un rejet du projet.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00