La Liberté

La Chine lance une enquête sur des subventions accordées par l'UE

L'Union européenne a notamment imposé en juillet une surtaxe sur les voitures électriques chinoises, jugées anticoncurrentielles en raison des subventions dont bénéficient les constructeurs. (archive) © KEYSTONE/AP CHINATOPIX
L'Union européenne a notamment imposé en juillet une surtaxe sur les voitures électriques chinoises, jugées anticoncurrentielles en raison des subventions dont bénéficient les constructeurs. (archive) © KEYSTONE/AP CHINATOPIX


Publié le 10.07.2024


La Chine a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête visant l'Union européenne (UE) contre des "subventions" et des "obstacles à l'investissement", après une série de procédures de Bruxelles contre des pratiques commerciales jugées déloyales de Pékin.

"Le ministère du Commerce enquête sur les pratiques de l'Union européenne en matière d'obstacles au commerce et à l'investissement pour des entreprises chinoises", selon un communiqué du ministère.

La Commission européenne a lancé ces derniers mois une série de procédures visant la Chine. Elle avait ouvert mi-février sa première enquête, dans le cadre de la nouvelle réglementation anti-subventions, contre une filiale du constructeur ferroviaire chinois CRRC, numéro un mondial du secteur.

Ce groupe étatique, candidat pour la fourniture de trains électriques en Bulgarie, s'était finalement retiré fin mars de l'appel d'offres.

La Commission a par ailleurs ouvert fin avril une enquête sur les marchés publics chinois de dispositifs médicaux, soupçonnant des pratiques "discriminatoires". D'autres enquêtes initiées concernent la construction automobile et l'éolien.

Début juillet, l'UE a ainsi imposé jusqu'à 38% de droits de douane supplémentaires sur les importations de voitures électriques chinoises, une décision qui pourrait devenir définitive en novembre. Bruxelles accuse Pékin d'avoir illégalement favorisé ses constructeurs à coups de subventions.

Le ministère chinois du Commerce a souligné mercredi que son enquête était motivée par une plainte de la Chambre de Commerce du pays.

Cette plainte porte notamment sur "des produits tels que des locomotives, l'énergie photovoltaïque, l'énergie éolienne", a précisé le ministère. L'enquête sur les subventions de l'UE doit s'achever le 10 janvier 2025 mais pourra éventuellement être prolongée de trois mois.

ats, awp, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11