La Liberté

12.08.2020

La chute du Saut-du-Doubs, haute de 27 mètres, ne coule plus

Le Saut-du-Doubs est à sec mais des jeunes en profitent pour sauter dans l'eau en contrebas depuis les pierres désormais visibles et accessibles. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Le Saut-du-Doubs est à sec mais des jeunes en profitent pour sauter dans l'eau en contrebas depuis les pierres désormais visibles et accessibles. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Partager cet article sur:
12.08.2020

La chute d'eau du Saut-du-Doubs, haute de 27 mètres en temps normal, ne coule plus depuis la nuit de dimanche à lundi, en raison de la sécheresse. La navigation sur le Lac des Brenets (NE) se poursuit.

Malgré l'absence de cascade, le site possède une nouvelle attraction, pour laquelle les touristes dégainent leur appareil photo. "Des jeunes ont décidé de profiter des pierres libérées par la chute pour sauter ou plonger acrobatiquement dans l'eau présente au pied du Saut-du-Doubs", a constaté mercredi un vidéaste de Keystone-ATS.

Au niveau touristique, "on continue à avoir pas mal de monde mais on prévient nos clients que la chute du Saut-du-Doubs ne coule plus", a déclaré Emily Durig de la Navigation sur le Lac des Brenets (NLB). Si la navigation sur le Doubs est interdite dans le Jura, elle est toujours possible du côté neuchâtelois de la rivière.

La compagnie estime qu'elle pourrait avoir des problèmes dans environ trois semaines s'il ne pleut pas. En septembre 2018, la rivière franco-suisse avait complètement disparu aux Brenets en raison de la sécheresse. Selon le site Météo franc-comtoise, la chute d'eau du Saut-du-Doubs s'est arrêtée cette année dix jours plus tôt qu'en 2018.

En cause: le volume de précipitations

L'évolution des conditions météorologiques ces prochaines semaines pourrait donc être déterminante. De manière générale, les débits sont inférieurs à la norme saisonnière, confirme l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Ces bas niveaux s'expliquent par un manque de précipitations abondantes et étendues. Les zones touchées sont principalement des petits et moyens cours d’eau qui ne sont pas influencés par la fonte des glaciers, indique l'OFEV.

Les niveaux d'eau de la plupart des grands lacs s’inscrivent en revanche dans la norme saisonnière. Le lac de Constance et le lac Majeur font exception. Ils affichent un niveau inférieur à la moyenne.

ats

suivez-nous sur insta

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00