La Liberté

21.09.2020

La démonstration de force de Bryson DeChambeau

DeChambeau a décroché à 27 ans son premier titre majeur © KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE
DeChambeau a décroché à 27 ans son premier titre majeur © KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE
Partager cet article sur:
21.09.2020

En costaud, Bryson DeChambeau a brillamment dompté le Winged Foot, un des parcours les plus coriaces et versatiles au monde à Mamaroneck (New York), pour s'adjuger le 120e US Open.

L'Américain, qui succède à Gary Woodland au palmarès, décroche à 27 ans son premier Grand Chelem. Il est le troisième joueur après les légendaires Jack Nicklaus et Tiger Woods à être sacré dans ce Majeur après s'être également adjugé les championnats universitaire (NCAA) et amateur, en 2015.

"C'est un tel honneur de savoir que mon nom côtoie le leur. J'ai tellement travaillé pour ça... M. Nicklaus a toujours été formidable avec moi, il m'a trouvé un sponsor... Tiger aussi a été super avec moi. Je ne les remercierai jamais assez de m'avoir aidé à devenir un meilleur golfeur et une meilleure personne aussi", a-t-il commenté, très ému, en recevant son trophée.

Le 9e mondial a devancé Matthew Wolff de six coups, alors qu'il en accusait deux de retard avant ce 4e et dernier tour. Ce dernier, âgé de 21 ans, n'a finalement pas tenu la distance, manquant l'occasion de devenir le premier joueur à s'adjuger l'US Open dès sa première participation depuis Francis Ouimet en... 1913. Mais il est aussi tombé, tout simplement, sur plus fort que lui.

Eagle contre eagle

DeChambeau a été plus solide que son adversaire en cette journée dominicale légèrement balayée par le vent, sous les yeux de quelques fans irréductibles venus se mêler aux arbres derrière les barrières, sans briser donc le huis clos imposé. Et finalement, ce n'est pas tant à ses muscles qu'à sa précision en seconde approche ou au putt qu'il doit son succès.

Ainsi, quand Wolff commettait trois bogeys sur les huit premiers trous, lui a réussi le birdie au no 4, avant une formidable passe d'armes au 9e sur lequel l'un comme l'autre ont réussi un eagle. "C'est à ce moment là que j'ai commencé à me dire que mon rêve pouvait devenir réalité, après ce putt si long qui a fini par rentrer", a souligné DeChambeau.

En seconde partie de parcours, il a ainsi encore accentué son avance avec un autre birdie au 11e. Et il a aussi profité de deux nouveaux bogeys et d'un double bogey au no 16 de son rival, pour être le seul à finir sous le par. Une performance remarquable qui se mesure aussi à l'aune de la concurrence: du 3e, Louis Oosthuizen (+2) au no 1 mondial Dustin Johnson (6e, +5) en passant par Rory McIlroy (8e, +6), tous se sont encore cassés les dents sur le Winged Foot. Force est de constater que DeChambeau, non.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00