La Liberté

23.08.2019

La juge "RBG" de la Cour suprême américaine soignée pour un cancer

La doyenne de la Cour suprême des Etats-Unis, Ruth Bader Ginsburg a été nommée en 1993 à la haute cour par le président Bill Clinton (archives). © KEYSTONE/AP/J. SCOTT APPLEWHITE
La doyenne de la Cour suprême des Etats-Unis, Ruth Bader Ginsburg a été nommée en 1993 à la haute cour par le président Bill Clinton (archives). © KEYSTONE/AP/J. SCOTT APPLEWHITE


23.08.2019

La doyenne de la Cour suprême des Etats-Unis, Ruth Bader Ginsburg, a été soignée cet été pour une tumeur cancéreuse au pancréas, a annoncé vendredi la plus haute juridiction américaine. Elle a été nommée en 1993 à la haute cour.

Mme Ginsburg, "RBG" ainsi qu'on la surnomme, a durant trois semaines subi des séances de radiothérapie dans un institut d'oncologie à New York. Elle a bien répondu au traitement, a précisé Kathleen Arberg, la porte-parole de la haute cour.

"La tumeur a été détruite de façon permanente et il ne reste aucune trace de maladie dans le corps" de la magistrate âgée de 86 ans, a précisé Mme Arberg. Juge la plus connue du quatuor progressiste de la Cour suprême, "RBG" a déjà été soignée pour plusieurs cancers, apparus sur une période de deux décennies, notamment au pancréas et au colon.

Les démocrates américains redoutent plus que tout une défaillance de Ruth Bader Ginsburg car, si elle venait à partir, le président Donald Trump la remplacerait par un juge conservateur. Ce nouvel arrivant serait automatiquement confirmé par un vote du Sénat, où les républicains ont conservé leur majorité aux élections législatives de 2018. La Cour suprême a déjà une majorité de cinq juges conservateurs.

Pionnière de la lutte pour l'émancipation

Durant ses soins à New York, effectués du 5 au 23 août, c'est-à-dire à une période durant laquelle la Cour suprême n'est pas en session, Ruth Bader Ginsburg a pu maintenir un emploi du temps actif, selon le communiqué de vendredi.

"RBG" a été nommée en 1993 à la haute cour par le président Bill Clinton. Elle jouit d'une popularité étonnante au regard de l'austérité traditionnellement associée aux neuf juges de la Cour suprême.

Cela s'explique notamment car la juge Ginsburg fut une pionnière de la lutte pour l'émancipation des femmes, dans les années 1970. Elle a ensuite épousé d'autres évolutions de la société américaine, se rapprochant des jeunes sur des questions comme l'avortement ou le mariage homosexuel.

La Cour suprême américaine veille à la constitutionnalité des lois et arbitre les sujets de société les plus épineux: peine de mort, mariage homosexuel, droit à l'avortement, défense de l'environnement, litiges électoraux, etc.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00