La Liberté

15.01.2016

La Suisse confisque les biens des migrants

La Suisse confisque les biens des requérants d'asile pour participer à leur entretien (archives). © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
La Suisse confisque les biens des requérants d'asile pour participer à leur entretien (archives). © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER


15.01.2016

Asile • Alors que le Parlement danois débat de la confiscation des biens des migrants, la Suisse pratique déjà cette mesure depuis plusieurs années, a relevé jeudi la SRF. Les réfugiés doivent remettre aux autorités suisses tous les biens valant plus de 1000 francs.

L'émission «10vor10» de la télévision publique alémanique a rapporté de ces arrangements dans les centres d'accueil. Elle a notamment montré le reçu qu'un réfugié syrien avait obtenu des autorités helvétiques en échange de la moitié de l'argent liquide qui lui restait après avoir payé à des trafiquants le passage de sa famille dans le pays.

L'émission montrait également une note d'information sur laquelle était écrit: «Si vous possédez des valeurs pour plus de 1000 francs à votre arrivée au centre de réception, vous devez abandonner ces valeurs financières contre un reçu».

Exigence de la loi

Interrogée, l'autorité en charge de l'immigration, le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), explique cette mesure par la loi, qui exige des réfugiés de contribuer dans la mesure du possible aux coûts de leurs demandes d'asile et de la fourniture d'une assistance sociale.

«Si une personne s'en va de son plein gré dans un délai de sept mois, cette personne pourra récupérer son argent et l'emporter avec elle. Dans le cas contraire, l'argent couvrira les frais engagés», a dit un porte-parole du SEM.

Les réfugiés qui obtiennent le droit de résider sur le sol suisse doivent en outre verser 10% de leurs revenus pendant une période de dix années jusqu'à concurrence de 15'000 francs suisses de frais.

Une proposition de confiscation des biens possédés par les réfugiés afin de contribuer au financement de leur séjour a été présentée au Parlement danois mercredi. Le projet autorise la police à fouiller les migrants et à confisquer les liquidités excédant 10'000 couronnes danoises (1450 francs) ainsi que les objets, dont la valeur dépasse la même somme.

Les migrants pourront toutefois conserver les biens «de valeur affective particulière» comme les bijoux, médailles ou portraits de famille.

 

ats, reu

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00