La Liberté

23.02.2019

Lara Gut-Behrami: "Etre prête pour chaque challenge"

Lara Gut-Behrami apprécie la piste de Crans-Montana © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Lara Gut-Behrami apprécie la piste de Crans-Montana © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT


23.02.2019

Lara Gut-Behrami est à l'aise sur la piste du Mont-Lachaux de Crans-Montana. La Tessinoise va chercher à exploiter au mieux ses qualités samedi en descente (9h30).

Au niveau de la popularité, il y a des signes qui ne trompent pas. Lorsqu'elle a franchi la ligne d'arrivée, Lara Gut-Behrami a été chaleureusement applaudie par le public présent lors du deuxième entraînement. Corinne Suter, pourtant vice-championne du monde de descente et bronzée en combiné il y a peu à Are, n'a pas eu droit à la même ferveur. La seule qui peut revendiquer un niveau de décibels similaire, et encore, c'est Wendy Holdener.

Tout ça pour dire que même avec des résultats en demi-teinte pour la grande championne qu'elle est, Lara Gut-Behrami continue d'attirer les caméras. La Tessinoise est scrutée. On l'observe, on lui demande son avis, on veut comprendre pourquoi cela joue moins bien cet hiver. Sur les pistes difficiles, le talent de la skieuse de Comano s'exprime mieux. On le voit à Crans-Montana, sur cette piste que Marius Robyr n'hésite pas à proclamer "le Kitzbühel des femmes".

Savoir skier vite sur chaque piste

"Quand tu skies bien, tu apprends à skier bien sur toutes les pistes, analyse-t-elle. C'est ça aussi le challenge. Si tu es forte dans les plats, tu dois apprendre à skier dans les virages et si tu es à l'aise techniquement, tu dois t'améliorer dans les plats. C'est aussi mon défi. Au début, je savais que quand c'était pentu et glacé je me sentais à l'aise, et j'avais de la peine quand c'était plat. Mais comme ça tu ne gagnes pas en régularité. C'est là-dessus que j'ai travaillé."

Mais la Tessinoise sait que la météo peut amener une multitude de changements: "Chaque piste change. Ici franchement il n'y a pas beaucoup de vitesse, ce n'est pas cela qui est compliqué. Le challenge ici, c'est la neige. On prend cette piste glacée avec un temps couvert, c'est 150'000 fois plus compliqué. On prend Cortina avec de la neige très facile à skier et on a l'impression d'être sur une autoroute où c'est difficile d'aller vite et de faire la différence. On parle de mini-détails. Il suffit que la neige change et même une autoroute devient compliquée. C'est peut-être aussi cela le défi: rendre les pistes un peu plus compliquées."

Un programme pas encore défini

Ce voeu pieux à l'attention de la FIS trouvera-t-il une caisse de résonance suffisante? A voir. En attendant, la Tessinoise va chercher à aller vite samedi matin. Et pour aller vite, mieux vaut partir devant. "J'espère avoir le dossard 2! (elle rit) C'est clair que ça va aider de partir devant. Ce n'est pas fondamental, parce que si tu skies bien tu peux faire un résultat en partant "depuis derrière", mais évidemment que ça aide et ça ajoute des chances de ton côté. Demain (réd: samedi), ils vont encore travailler avec le sel donc ce sera différent, mais les organisateurs font tout pour avoir une course régulière pour tout le monde et que l'on ne descende pas dans la soupe."

Après Crans-Montana, Lara Gut-Behrami se rendra à Rosa Khutor, là où elle avait décroché le bronze olympique en 2014 derrière le duo Dominique Gisin/Tina Maze. Puis ce sera le temps des finales de la Coupe du monde à Soldeu en Andorre. Et après? "Il me reste encore un mois de courses. On verra après avec le team. C'est quelque chose que l'on définit ensemble et pas avec les médias."

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00