La Liberté

23.03.2019

Lausanne est allé chercher la victoire en équipe

Les Lausannois fêtent leur qualification pour les demi-finales avec leurs supporters © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Les Lausannois fêtent leur qualification pour les demi-finales avec leurs supporters © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Scène de joie entre Vermin et Zurkirchen © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Scène de joie entre Vermin et Zurkirchen © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Des écharpes de circonstance © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Des écharpes de circonstance © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
L'entraîneur lausannois Ville Peltonen a su trouver les mots justes © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
L'entraîneur lausannois Ville Peltonen a su trouver les mots justes © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT


23.03.2019

Lausanne est en demi-finales des play-off pour la première fois de son histoire après avoir écarté Langnau 8-1 lors du 7e acte des quarts. Et ce succès, les Lions sont allés le chercher en équipe.

Une victoire d'équipe. Dans un sport comme le hockey sur glace, la formule sonne comme un pléonasme. En hockey comme en foot, l'individu ne peut rien faire. Le groupe prédominera toujours. Mais si les joueurs lausannois ont insisté sur cet aspect après le match, c'est bel et bien pour mettre en avant une cohésion véritablement particulière au moment d'attaquer ce "game 7".

Auteur d'une partie pleine comme la majeure partie de ses coéquipiers, Joël Genazzi n'a pas boudé son plaisir: "C'était fou et difficile à expliquer. Mais on était prêt, on avait envie de jouer ce match et on a pris du plaisir. On a dit qu'on devait jouer avec le coeur et avec les spectateurs. On était chaud. On s'attendait évidemment à un match serré. C'est impossible d'expliquer ce qui s'est passé. On a eu trois chances de conclure et on a manqué les deux premières. Là on s'est dit que c'était la nôtre."

Le défenseur international des Lions revient également sur les minutes qui précèdent le moment de sauter sur la glace: "Avant le match tout le monde était un peu nerveux. C'est normal avant un 7e match, mais c'est positif. En regardant les yeux des autres, tu vois qu'ils ont la même envie que toi de jouer et de gagner. Après, c'est clair que des gars comme Grossmann et Kenins amènent leur expérience et donnent le meilleur dans ce genre de match."

En menant 6-0 après quarante minutes, Lausanne était dans une position plus que favorable. Seulement pas question de bazarder le dernier vingt. "On s'est dit qu'il fallait gagner la dernière période et respecter l'adversaire, appuie Genazzi. Sinon tu perds la concentration et tu arrêtes de jouer. On savait qu'à 6-0 Langnau n'allait pas faire de bêtises et que s'ils commençaient à frapper, tu pouvais leur dire de regarder le tableau d'affichage avec le score."

Pour Benjamin Antonietti, un facteur à ne pas négliger dans cette rencontre c'est la chance. A plusieurs reprises, le Vaudois a souligné à quel point tout avait tourné en faveur des Lions au cours de cette soirée: "On a joué un très bon match et on a bénéficié d'une part de chance. Les choses ont toutes tourné en notre faveur. Maintenant il faut prendre du recul. On ne va pas retenir le 8-1, mais juste la victoire et notre attitude durant les soixante minutes. On a vu qu'après nos deux premiers goals, ils n'ont pas relevé la tête comme ils avaient l'habitude de le faire. A 2-0 il fallait être intelligent et à 6-0 ne pas prendre de risques inutiles. On ne savait pas s'ils allaient arriver fâchés pour finir le match. De notre côté on a joué simple. On est juste fier de ce qu'on a fait. On est dans notre bulle."

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00