La Liberté

26.11.2020

Le canton de Vaud remanie ses projets de décharge

Les conseillères d'Etat vaudoises Béatrice Métraux, gauche, et Christelle Luisier, droite, ont présenté jeudi le nouveau Plan cantonal de gestion des déchets. © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Les conseillères d'Etat vaudoises Béatrice Métraux, gauche, et Christelle Luisier, droite, ont présenté jeudi le nouveau Plan cantonal de gestion des déchets. © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
L'une des deux nouvelles décharges est prévue sur le site des Echatelards à Grandson. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
L'une des deux nouvelles décharges est prévue sur le site des Echatelards à Grandson. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
La seconde doit être construite à la Vernette sur les communes de Daillens et Oulens-sous-Echallens. © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
La seconde doit être construite à la Vernette sur les communes de Daillens et Oulens-sous-Echallens. © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Partager cet article sur:
26.11.2020

Le canton de Vaud adapte sa politique de gestion des déchets. Il maintient la création de deux nouvelles décharges à Grandson ainsi que sur les communes de Daillens et Oulens-sous-Echallens, mais espère une baisse des volumes grâce à un meilleur tri en amont.

Situées respectivement sur les sites des Echatelards et de la Vernette, ces décharges doivent recevoir des matériaux de type D (scories issues des usines d'incinération) et E (terres polluées). Ces deux projets, présentés en 2016, ont suscité plus de 2000 oppositions.

L'Etat de Vaud a décidé d'en tenir compte, tout en ajoutant de nouveaux éléments. Il mise désormais sur une "gestion responsable des déchets", a expliqué jeudi devant la presse la conseillère d'Etat Béatrice Métraux. "On trie mieux en amont pour avoir moins de scories", a résumé la ministre en charge de l'environnement. Elle a précisé qu'un travail serait aussi effectué "en aval" pour mieux valoriser les déchets et limiter leur volume.

Selon Mme Métraux, cette gestion plus stricte des déchets doit permettre "un redimensionnement vers le bas" par rapport à ce qui avait été prévu en 2016 pour les Echatelars et à la Vernette.

Autre nouveauté par rapport à la mouture de 2016, le Plan cantonal de gestion des déchets (PGD) précise la collaboration avec les autres cantons. La capacité pour cette entraide cantonale a été fixée à 40% des besoins vaudois.

Mme Métraux a rappelé que, jusqu'ici, le canton de Vaud a passablement profité de l'aide des autres cantons. N'ayant pas de décharge de type E, elle envoie ce type de matériaux sur Fribourg et Berne. "On ne peut pas éternellement aller chez nos voisins", a-t-elle reconnu.

Mieux informer

Concernant les deux décharges vaudoises de type D actuellement utilisées à Ollon et Valeyres-sous-Montagny, la ministre écologiste a rappelé que leurs capacités seraient épuisées à l'horizon 2023/2024. "Il faut gérer cette pénurie", a insisté Mme Métraux.

Sa collègue Christelle Luisier, en charge des institutions et du territoire, a relevé que la thématique des décharges était "très sensible" et "de nature conflictuelle". Elle a reconnu que le nouveau projet, même "optimisé", allait à nouveau soulever de nombreuses oppositions.

Pour y faire face, Mme Luisier a dit que le canton allait mener un "important travail" d'information, notamment en mettant en avant "l'intérêt général" que représentent ces décharges.

Opposition

La commune de Daillens a d'ores et déjà annoncé qu'elle s'opposerait au nouveau projet, a indiqué le municipal en charge du dossier, Alberto Mocchi, contacté par Keystone-ATS. Selon le village du Gros-de-Vaud, le canton "prend le problème à l'envers" en partant du postulat qu'il faut deux nouvelles décharges, ce qui ne correspond pas forcément aux réels besoins.

S'il reconnaît que chaque commune doit faire un effort, M. Mocchi a relevé que sa région a "déjà fait sa part" en matière de déchets spéciaux, elle qui abrite notamment l'entreprise Cridec. Il a par ailleurs ajouté qu'il manquait toujours "des garanties pour préserver la santé et la qualité de vie" des habitants de la région.

Egalement président des Verts vaudois, M. Mocchi a reconnu la volonté du canton de réduire la quantité de déchets en amont. "Mais on aimerait avoir quelque chose de concret, des objectifs chiffrés", a-t-il souligné.

Enquête publique au printemps

Selon le calendrier du canton, il est prévu de finaliser le Plan d'affectation cantonal (PAC) avec les entreprises concernées d'ici mai prochain. Le nouveau projet sera ensuite soumis à l'enquête publique.

Une approbation finale du canton pourrait intervenir durant le deuxième semestre 2021 après le traitement des oppositions. Un retard d'un ou deux ans est toutefois envisageable si des recours vont jusqu'au Tribunal fédéral, a estimé Mme Luisier.

La ministre PLR a précisé que toute la procédure était désormais traitée par le canton, et que les communes n'avaient plus à intervenir. "L'Etat mène et maîtrise l'ensemble du processus. Cela sera plus simple et permettra un gain de temps", a-t-elle dit.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00