La Liberté

21.02.2019

Le cinéaste suisse Claude Goretta est mort

Le cinéaste suisse Claude Goretta est décédé mercredi après-midi chez lui, à Genève, dans sa 90e année, a annoncé jeudi sa famille. Il avait notamment été distingué pour "La Dentellière", avec Isabelle Huppert, en 1977 (archives). © KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO
Le cinéaste suisse Claude Goretta est décédé mercredi après-midi chez lui, à Genève, dans sa 90e année, a annoncé jeudi sa famille. Il avait notamment été distingué pour "La Dentellière", avec Isabelle Huppert, en 1977 (archives). © KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO


21.02.2019

Le cinéaste suisse Claude Goretta est décédé mercredi après-midi à Genève à 89 ans, a annoncé jeudi sa famille. Proche d'Alain Tanner et de Michel Soutter, il avait notamment tourné "La Dentellière" avec Isabelle Huppert en 1977.

Claude Goretta s'est "endormi paisiblement chez lui comme il l'avait toujours souhaité. Il était entouré par sa famille", a indiqué celle-ci à Keystone-ATS. Né le 23 juin 1929 à Genève, le cinéaste était aussi réalisateur à la télévision, producteur et scénariste. Il a tourné près de quarante films.

Claude Goretta a commencé sa carrière comme réalisateur à la télévision, après avoir travaillé aux archives du British Film Institute, à Londres, avec son ami Alain Tanner. Dès 1958, il réalise pour la Télévision suisse romande (TSR) des documentaires et reportages pour l'émission "Continents sans visa".

Distingué à Cannes

Il tourne aussi des courts-métrages de fiction écrits avec le Genevois Michel Soutter. En 1968, il fonde la maison de production Groupe 5 avec Alain Tanner, Jean-Louis Roy, Michel Soutter, Yves Yersin et Jean-Jacques Lagrange. Leurs oeuvres engagées ont contribué à l'essor du cinéma suisse.

A l'international, Claude Goretta a notamment été distingué au Festival de Cannes. Il a reçu le Prix du Jury pour "L'Invitation" (1973), avec Michel Robin, François Simon et Jean-Luc Bideau, et celui du Jury oecuménique pour "La Dentellière" (1977), avec Isabelle Huppert.

Claude Goretta a tourné avec d'autres figures du cinéma français, comme Gérard Depardieu dans "Pas si méchant que ça" (1974) ou Nathalie Baye dans "La Provinciale" (1981). Son plus grand succès auprès du public, en Suisse comme en France, reste toutefois "La Dentellière".

En 2010, Claude Goretta a reçu un Quartz à Lucerne, lors de la Fête du cinéma suisse, pour l'ensemble de son oeuvre. L'année suivante, il s'est vu remettre un Léopard d'honneur au Festival international du film de Locarno.

"Un des plus grands"

"Claude Goretta était certainement l'un des plus grands cinéastes suisses et du monde francophone", a déclaré Frédéric Maire, directeur de la Cinémathèque suisse. Il était avant tout un cinéaste profondément humaniste, de part son intérêt pour les petites gens et l'expérience accumulée à la TSR pour laquelle il a signé des documentaires et des reportages.

Beaucoup de ses scénarios et films reflètent cet intérêt pour les gens et pour le monde, observe Frédéric Maire. Et de citer "L'Invitation", qui confronte le milieu bourgeois avec celui des petites gens.

Avec ses accents et objets du quotidien suisses, "L'Invitation" est devenu le "film de chevet" de Lionel Baier, a expliqué le réalisateur vaudois. Ce film, qu'il a vu à l'âge de 6 ans, l'a "autorisé à imaginer que je pouvais être cinéaste ici", a-t-il relevé. "Cette peinture sociétale a quelque chose d'incroyablement romanesque", a ajouté le Vaudois, qui a réalisé en 2011 un portrait de son aîné, "Bon vent Claude Goretta".

Pour la télévision

En 2011, la cinémathèque avait consacré une large rétrospective à Claude Goretta pour mettre en valeur un cinéaste un peu moins considéré que d'autres, peut-être à cause de ses films pour la télévision, a remarqué Frédéric Maire. D'une certaine façon, il était précurseur. La frontière aujourd'hui s'estompe entre grands et petits écrans.

Lionel Baier a aussi relevé le travail de Claude Goretta pour la télévision, de fiction et documentaire: "Il a fait des Maigret de grande qualité. Il avait le besoin de tourner beaucoup, aussi pour des raisons alimentaires." Et de préciser qu'il est resté intéressé par le cinéma d'aujourd'hui.

"Un regard humain"

Sur Twitter, Gilles Jacob, président du Festival de Cannes de 2001 à 2014, a aussi souligné l'importance de l'oeuvre de Claude Goretta. "De ceux qui ont fait connaître le cinéma suisse", a-t-il écrit. Toujours sur ce réseau, l'Office fédéral de la culture a rendu hommage à "Un très grand cinéaste, au regard profondément humain sur la vie et les gens, une référence du cinéma".

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00