La Liberté

20.11.2018

Le DUP nord-irlandais votera contre l'accord sur le Brexit

Alors qu'elle réunit son gouvernement remanié mardi, Theresa May est confrontée à l'opposition de son allié nord-irlandais DUP. Ses parlementaires ont fait savoir qu'en l'état, ils voteront contre l'accord sur le Brexit (archives). © KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN
Alors qu'elle réunit son gouvernement remanié mardi, Theresa May est confrontée à l'opposition de son allié nord-irlandais DUP. Ses parlementaires ont fait savoir qu'en l'état, ils voteront contre l'accord sur le Brexit (archives). © KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN


20.11.2018

Le marathon de Theresa May sur le Brexit se poursuit. Elle rencontrera mercredi à Bruxelles Jean-Claude Junker pour évoquer le post-Brexit. Sur le plan intérieur, elle doit faire face à l'opposition de son allié nord-irlandais DUP.

Les parlementaires nord-irlandais du Parti unioniste démocrate (DUP) voteront en l'état contre l'accord sur le Brexit conclu par Theresa May, a annoncé mardi l'un d'eux, Sammy Wilson. Porte-parole de son parti sur le Brexit, il a ajouté que ce texte, tel que négocié par Londres et Bruxelles, arracherait à long terme l'Irlande du Nord du reste du Royaume-Uni.

"Tous nos efforts visent, parallèlement à ceux d'un grand nombre d'élus conservateurs appartenant à la fois au camp du maintien (dans l'UE) et à celui du départ ainsi que de partis d'opposition, à torpiller cet accord et imposer un réexamen", a-t-il expliquer sur Sky News.

Depuis les élections législatives anticipées de juin 2017, le Parti conservateur n'a plus de majorité absolue à la Chambre des communes et Theresa May a besoin des voix des élus du DUP. Les élus unionistes ont manifesté leur mécontentement en s'abstenant lundi soir au Parlement lors de votes sur le projet de loi de finances du gouvernement britannique.

Réunions à Bruxelles

Theresa May se rendra mercredi à Bruxelles pour une réunion avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a annoncé Downing Street. Les discussions, qui doivent démarrer à 17h30, porteront sur la "relation future" entre le Royaume-Uni et les 27, après la période de transition post-Brexit, qui doit s'achever en décembre 2020.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne sont, eux, attendus dimanche dans la capitale belge pour un sommet extraordinaire. Ils doivent approuver le projet d'accord de retrait conclu la semaine dernière entre les négociateurs de Londres et de Bruxelles.

L'Espagne met la pression

Le président du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, a annoncé mardi qu'il voterait contre le projet d'accord sur le Brexit si la partie du texte concernant Gibraltar n'est pas amendée. Si lors du Conseil européen de dimanche "l'accord de Brexit ne reconnaît pas que le cas de Gibraltar doit être négocié directement entre l'Espagne et le Royaume-Uni, notre gouvernement ne l'acceptera pas", a insisté Pedro Sanchez sur Twitter.

"Le fait que notre gouvernement, qui est pro-européen, se retrouve dans cette situation prouve qu'il y a quelque chose qui ne va pas à Bruxelles."

ats, reu, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00