La Liberté

04.06.2018

Le National ne veut pas de l'initiative sur les vaches à cornes

Avec ou sans cornes nos vaches helvétiques sont heureuses (archives). © KEYSTONE/ARNO BALZARINI
Avec ou sans cornes nos vaches helvétiques sont heureuses (archives). © KEYSTONE/ARNO BALZARINI


04.06.2018

Les éleveurs de vaches à cornes ne devraient pas avoir de soutien financier. A l'instar du Conseil des Etats, le Conseil national a rejeté lundi, par 108 voix contre 42 et 33 abstentions, l'initiative populaire "pour la dignité des animaux de rente agricoles".

Le texte prévoit un soutien financier aux détenteurs de vaches, de taureaux reproducteurs, de chèvres et de boucs reproducteurs portant des cornes pour réduire le nombre d'éleveurs pratiquant l'écornage. Les initiants veulent promouvoir des formes d’exploitation particulièrement respectueuse des animaux.

Tant le Conseil fédéral que le Conseil des Etats ne l'ont pas soutenue. Ils n'ont pas voulu lui opposer un contre-projet. La législation en vigueur prévoit déjà des incitations financières. Elle permet également de protéger les animaux, a rappelé Pierre-André Page (UDC/FR) au nom de la commission.

Dignité

Le texte peut paraître folklorique, mais il fait sens du point de vue de la protection des animaux, a contré Adèle Thorens (Verts/VD). Enlever les cornes est clairement douloureux et modifie l'apparence des vaches, a ajouté Beat Jans (PS/BS) au nom des socialistes. Leur dignité est ainsi blessée.

La corne est un organe vivant traversé par des nerfs. Elle est brûlée à la racine au fer rouge, a expliqué Regula Rytz (Verts/BE). La bête conservera cette marque à vie. Ce à quoi M. Page a rétorqué que les éleveurs suisses suivaient une formation pour l'écornage et que cela se pratiquait sous anesthésie. "L'animal ne sent absolument rien."

Communication

"Les cornes leur permettent de communiquer entre eux. Elles sont utilisées dans les échanges sociaux ou le toilettage", a encore souligné Mme Thorens. Et M. Page de lui répondre que la hiérarchie se faisait naturellement, aussi sans cornes. De plus, certaines espèces naissent génétiquement sans cornes.

"Avec ou sans cornes nos vaches helvétiques sont heureuses", a-t-il lancé.

Si l’initiative était mise en œuvre, les animaux à cornes risqueraient d'être détenus dans des étables à stabulation entravée pour des questions de sécurité, ce qui ne serait pas propice à leur bien-être, a pour sa part argumenté Olivier Feller (PLR/VD). Selon lui, l'initiative ne prévoit pas de concept global pour le bien-être de l'animal, et fait même passer à l'arrière-plan d'autres aspects.

Accidents

Le Vaudois a également rappelé que si les vaches à cornes sont plus nombreuses, le risque d'accident est accru. Les bêtes à cornes peuvent se blesser ou blesser les autres animaux, les hommes, le paysan, le vétérinaire ou un passant. L'éleveur fait face à moins d'accident, et donc à moins de frais, si les animaux sont écornés, a ajouté M. Page.

"Les cornes ne sont pas toujours en cause dans les accidents", a rappelé en vain Mme Thorens. Les vaches peuvent aussi donner des coups de patte.

De plus, l'initiative n'impose pas l'interdiction d'écorner, a ajouté Kathrin Bertschy (Vert'libéraux/BE). Elle veut juste soutenir les agriculteurs qui ne le font pas et qui doivent faire face à un surcoût, notamment en proposant des étables plus grandes pour que les vaches à cornes aient de la place. Mais ils resteront libres de choisir.

Décision personnelle

Pour l'UDC, le PDC et le PBD, le texte n'a pas sa place dans la constitution fédérale. Le PLR ne veut pas y ancrer l'obligation de soutenir les vaches à cornes.

Pour le PDC, il s'agit d'une décision entrepreneuriale et personnelle de laisser les cornes aux vaches ou non sur une exploitation. Martin Landolt (PBD/GL) a lui regretté l'absence d'un contre-projet.

Par ailleurs, le texte est lacunaire, a rappelé au nom du PLR Olivier Feller. Il exclut certains genres, comme les moutons. Pourquoi les traiter différemment, a-t-il demandé.

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a lui exprimé sa sympathie pour les vaches à cornes. L'initiative bénéficie d'un capital sympathie certain. Toutefois, le Conseil fédéral rejette le texte. Son acceptation mènerait à l'introduction d'un nouveau paiement direct financé aux dépens d'autres dépenses.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00