La Liberté

Le Nobel de physique à trois pionniers du "quantique"

Après la médecine lundi, le bal des Prix Nobel se poursuit mardi et mercredi avec la physique et la chimie. © KEYSTONE/AP/Fernando Vergara
Après la médecine lundi, le bal des Prix Nobel se poursuit mardi et mercredi avec la physique et la chimie. © KEYSTONE/AP/Fernando Vergara
Le Français Alain Aspect, l'Américain John Clauser et l'Autrichien Anton Zeilinger sont les lauréats du Nobel de physique 2022. Une récompense attendue pour ces trois pionniers de la physique quantique. © KEYSTONE/EPA/Jonas Ekstromer
Le Français Alain Aspect, l'Américain John Clauser et l'Autrichien Anton Zeilinger sont les lauréats du Nobel de physique 2022. Une récompense attendue pour ces trois pionniers de la physique quantique. © KEYSTONE/EPA/Jonas Ekstromer
Le Français Alain Aspect, l'Américain John Clauser et l'Autrichien Anton Zeilinger sont les lauréats du Nobel de physique 2022. Une récompense attendue pour ces trois pionniers de la physique quantique. © KEYSTONE/EPA/Jonas Ekstromer
Le Français Alain Aspect, l'Américain John Clauser et l'Autrichien Anton Zeilinger sont les lauréats du Nobel de physique 2022. Une récompense attendue pour ces trois pionniers de la physique quantique. © KEYSTONE/EPA/Jonas Ekstromer


Publié le 04.10.2022
Partager cet article sur:


Le prix Nobel de physique a été attribué mardi au Français Alain Aspect, à l'Américain John Clauser et à l'Autrichien Anton Zeilinger. Une récompense attendue pour ces trois pionniers des mécanismes révolutionnaires de la physique quantique.

Le trio de septuagénaires est récompensé pour ses découvertes sur "l'intrication quantique", un phénomène où deux particules quantiques sont parfaitement corrélées, quelle que soit la distance qui les sépare, a annoncé le jury Nobel.

La mise en évidence de cette étonnante propriété a ouvert la voie à de nouvelles technologies dans l'informatique quantique et des communications ultra-sécurisées, ou encore les capteurs ultra-sensibles qui permettraient des mesures extrêmement précises, comme celle de la gravité dans l'espace.

Cette mécanique déroutante était prédite par la théorie quantique. Pourtant même Albert Einstein n'y croyait pas: deux particules jointes au départ - comme pourraient l'être des jumeaux - pouvaient garder la marque de leur passé commun et avoir un comportement semblable, à distance.

Affilié à l'Université française de Paris-Saclay et à Polytechnique, Alain Aspect est âgé de 75 ans, tandis que John Clauser, basé en Californie, a 79 ans et Anton Zeilinger, de l'Université de Vienne, a 77 ans.

"J'ai été très surpris de recevoir l'appel", a confié ce dernier, joint par le jury lors de la conférence d'annonce du prix à Stockholm.

L'infiniment petit

Malgré le nom de "téléportation quantique" utilisé pour le mécanisme de l'intrication, "ce n'est pas comme dans Star Trek" avec des téléportations d'objets ou a fortiori de personnes, a expliqué Anton Zeilinger.

En revanche, avec l'intrication, "on peut transférer toute l'information portée par un objet à un autre endroit où l'objet peut être reconstitué. Avec cette capacité surprenante, on peut transférer l'information sans même connaître l'information".

Le lauréat français s'est quant à lui dit "fier" de se retrouver sur une liste avec les grands noms de la physique mondiale, y compris des pionniers comme Albert Einstein, lauréat il y a 100 ans en physique, ou l'Allemand Werner Heisenberg.

"Tous ces grands noms... Bien sûr, je suis très impressionné parce que je ne suis certainement pas au niveau de ces gens qui ont complètement changé la science physique", a confessé le lauréat. "Mais je suis fier d'être sur la même liste, bien sûr", a-t-il ajouté en riant.

Alain Aspect a également appelé la communauté scientifique internationale à rester unie face à la montée du "nationalisme" dans le monde. "C'est important que les scientifiques conservent leur communauté internationale quand le monde ne va pas si bien et que le nationalisme s'impose dans beaucoup de pays", a déclaré le scientifique lors d'une interview avec la Fondation Nobel.

Science contre-intuitive

La mécanique quantique est une science contre-intuitive qui décrit le monde à l'échelle de l'infiniment petit, où les choses peuvent simultanément exister, ne pas exister et être quelque part entre les deux.

Des géants de l'économie mondiale comme Google mobilisent actuellement un grand nombre de chercheurs façonner une prochaine génération d'ordinateurs dits "quantiques". Ils ne ressembleront en rien à ce que nous avons dans nos poches ou sur nos bureaux, mais leur puissance de calcul inégalée doit permettre de résoudre des problèmes qui seraient autrement insolubles.

Aspect, Clauser et Zeilinger, qui avaient déjà gagné ensemble le prestigieux prix Wolf en 2010, sont récompensés pour leurs "expériences avec des photons intriqués, établissant les violations des inégalités de Bell et ouvrant une voie pionnière vers l'informatique quantique", selon la motivation officielle du jury Nobel.

Célèbre expérience en 1981

Dans une expérience restée célèbre, Alain Aspect était parvenu à intriquer pour la première fois deux photons à 12 mètres de distance, en 1981. Les travaux de Clauser remontent eux aux années 1960, tandis que Zeilinger a nourri le domaine à partir des années 90, selon l'institut Clarivate spécialisé dans la prédiction des Nobel scientifiques.

Le prix est doté de 10 millions de couronnes suédoises (environ 887'000 francs), à partager entre les colauréats. Une récompense pour la physique quantique était attendue depuis des années, avec les noms des vainqueurs du jour parmi les favoris.

Les Nobel de sciences se terminent mercredi avec la chimie pour ensuite laisser la place aux très attendus prix de littérature jeudi et de la paix vendredi, seul à être décerné à Oslo. Le prix d'économie, de création plus récente, fermera le bal lundi prochain. La remise est prévue le 10 décembre à Stockholm et Oslo.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11