La Liberté

09.08.2018

Le patron de l'ONU souligne l'urgence de la dénucléarisation

Des colombes sont lacées au-dessus du mémorial de la paix à Nagasaki. La ville commémore le 73e anniversaire de la bombe nucléaire qui a tué 74'000 personnes le 9 août 1945. © KEYSTONE/AP Kyodo News/MIYUKI SAITO
Des colombes sont lacées au-dessus du mémorial de la paix à Nagasaki. La ville commémore le 73e anniversaire de la bombe nucléaire qui a tué 74'000 personnes le 9 août 1945. © KEYSTONE/AP Kyodo News/MIYUKI SAITO


09.08.2018

Le secrétaire général des Nations unies a lancé jeudi à Nagasaki un appel urgent à accélérer la dénucléarisation nucléaire dans le monde. La ville du sud-ouest du Japon avait été le théâtre d'un bombardement atomique le 9 août 1945.

Septante-trois ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, plane toujours "le spectre d'un carnage impensable", a déclaré Antonio Guterres, premier patron de l'ONU en exercice à assister à la cérémonie d'hommage aux victimes dans cette cité.

Les puissances nucléaires dépensent "d'énormes sommes" pour moderniser leur arsenal et "les processus de désarmement ont ralenti et se sont même arrêtés", a-t-il déploré. "Il y a un besoin urgent de désarmement de toutes sortes, et plus particulièrement nucléaire", a insisté M. Guterres. Le maire de Nagasaki, Tomihisa Taue, a livré un message similaire.

"Il reste encore aujourd'hui 14'450 têtes nucléaires dans le monde", a-t-il rappelé. "Le plus inquiétant pour les régions qui ont subi un bombardement nucléaire est la tendance à nouveau visible qu'ont certains pays à renforcer leur puissance militaire au moyen d'armes nucléaires en soutenant imperturbablement que de telles armes sont nécessaires", a insisté l'élu.

L'heure de l'explosion

Comme chaque année, une cloche a retenti jeudi à 11h02 locales (04h02 en Suisse), l'heure exacte à laquelle explosa la bombe atomique, le 9 août 1945. La foule s'est figée pour une minute de silence.

Baptisé "Fat Man", l'engin destructeur au plutonium, qui a tué 74'000 personnes, a été largué par les Américains sur Nagasaki trois jours après "Little Boy", à l'uranium, qui avait anéanti Hiroshima, provoquant la mort de 140'000 personnes. Le 15 août, le Japon annonçait sa capitulation, qui ouvrait la voie à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Inquiétudes persistantes

Cette commémoration se déroule sur fond d'inquiétudes persistantes relatives à la menace nucléaire nord-coréenne, même si le climat s'est largement amélioré sur la péninsule depuis le début de l'année. Les ambitions militaires du président américain Donald Trump, qui a décidé de moderniser l'arsenal nucléaire de son pays, inquiètent également.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00