La Liberté

15.01.2020

Le phosphore est probablement arrivé sur Terre grâce à des comètes

Le télescope géant Alma dans le désert d'Atacama au Chili est composé de 66 antennes de précision. En combinant ses données avec celles de la mission Rosetta, les chercheurs ont reconstitué le voyage du phosphore vers la Terre (archives). © European Southern Observatory
Le télescope géant Alma dans le désert d'Atacama au Chili est composé de 66 antennes de précision. En combinant ses données avec celles de la mission Rosetta, les chercheurs ont reconstitué le voyage du phosphore vers la Terre (archives). © European Southern Observatory


15.01.2020

Ingrédient indispensable de la vie, le phosphore est vraisemblablement arrivé sur Terre via des comètes, rapporte une équipe internationale avec participation bernoise. Les chercheurs ont combiné des observations de la mission Rosetta et du télescope géant Alma.

Le phosphore est présent notamment dans l'ADN de tous les êtres vivants et dans les membranes des cellules, a indiqué mercredi l'Université de Berne dans un communiqué.

Or, en se basant sur des observations du télescope Alma (Atacama Large Millimeter/Submillimeter Array) au Chili, les scientifiques ont constaté que la naissance des étoiles s'accompagne de la formation de molécules phosphorées. La principale est le monoxyde de phosphore, selon ces travaux publiés dans la revue britannique Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Ces molécules présentes dans les nuages interstellaires de gaz et de poussières sont ensuite emprisonnées dans la glace des planètes et comètes en formation. Et c'est là qu'interviennent les données de la sonde Rosetta qui en 2014 était allée au plus près de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko.

Le spectromètre embarqué Rosina avait repéré des indices de composés phosphorés. "Mais nous ne savions pas quelle molécule avait amené le phosphore sur la comète", indique Kathrin Altwegg, professeure honoraire de l'Université de Berne, citée dans le communiqué.

Lors d'une conférence, une astronome a attiré son attention sur le monoxyde de phosphore comme possible candidat. "Je suis retournée me plonger dans les données de Rosina, et il y était", ajoute Mme Altwegg.

Selon elle, "les comètes ont très vraisemblablement amené de grandes quantités de composés organiques sur Terre". Le voyage interstellaire du monoxyde de phosphore en témoigne.

https://www.eso.org/public/news/eso2001/

ats

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00