La Liberté

22.05.2019

Le président philippin prend le contrôle du Sénat

Elu en 2016, Rodrigo Duterte a été la cible de critiques des capitales occidentales en raison de sa politique violente de lutte contre le trafic de drogue et de tirades parfois ordurières. Mais il conserve une très forte popularité dans l'archipel, en raison notamment de son franc-parler (archives). © KEYSTONE/AP STR/MANMAN DEJETO
Elu en 2016, Rodrigo Duterte a été la cible de critiques des capitales occidentales en raison de sa politique violente de lutte contre le trafic de drogue et de tirades parfois ordurières. Mais il conserve une très forte popularité dans l'archipel, en raison notamment de son franc-parler (archives). © KEYSTONE/AP STR/MANMAN DEJETO


22.05.2019

Les alliés de Rodrigo Duterte ont pris le contrôle du Sénat lors des élections de mi-mandat, selon les résultats officiels annoncés mercredi. Le président philippin met ainsi la main sur la dernière institution qui résistait encore à ses politiques controversées.

Le Sénat, qui compte 24 membres et est renouvelé par moitié tous les six ans, est traditionnellement considéré comme plus indépendant face au pouvoir exécutif que la chambre basse du parlement. Il l'a encore prouvé en jouant depuis trois ans un rôle crucial pour bloquer certaines des initiatives les plus controversées du bouillant président.

Or les partisans de M. Duterte ont raflé neuf des sièges de sénateurs qui étaient remis en jeu lors des élections du 13 mai, les trois autres ayant été gagnés par des candidats indépendants, ont annoncé mercredi les autorités électorales. L'opposition ne contrôle plus que quatre sièges.

Les partisans du président sont également majoritaires à la chambre basse.

Peine de mort en vue

Ces résultats donnent au chef de l'Etat les coudées franches pour mettre en oeuvre ses projets controversés de rétablissement de la peine de mort et de réforme de la constitution. "Il est clair qu'il sera soutenu quand il présentera les projets de loi qui étaient jusque-là bloqués", a déclaré à l'AFP le politologue Ramon Casiple.

Elu en 2016, M. Duterte a été la cible de critiques des capitales occidentales en raison de sa politique violente de lutte contre le trafic de drogue et de tirades parfois ordurières. Mais il conserve une très forte popularité dans l'archipel, en raison notamment de son franc-parler. Une partie des Philippins continuent de le voir comme un recours crédible face à l'inefficacité prêtée aux élites politiques traditionnelles.

M. Duterte s'est engagé à rétablir la peine capitale pour les crimes liés au trafic de drogue dans le cadre de sa campagne contre les stupéfiants, au cours de laquelle des milliers de trafiquants et de consommateurs présumés ont péri. Parmi les nouveaux sénateurs, figure notamment l'ex-chef de la police nationale, Ronald dela Rosa, qui fut chargé en 2016 de la mise en oeuvre de la "guerre contre la drogue".

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00