La Liberté

25.05.2019

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa prête serment

M. Ramaphosa, 66 ans, a été réélu mercredi par les députés après la victoire de son parti, le Congrès national africain (ANC), aux élections législatives du 8 mai. © Keystone/EPA/STR
M. Ramaphosa, 66 ans, a été réélu mercredi par les députés après la victoire de son parti, le Congrès national africain (ANC), aux élections législatives du 8 mai. © Keystone/EPA/STR


25.05.2019

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a lancé samedi son mandat en promettant à son pays "des jours meilleurs". Il doit désormais rapidement présenter le gouvernement qu'il a chargé de relancer l'économie et d'éradiquer la corruption.

Sous un ciel bleu azur, 36'000 spectateurs, la fine fleur de la classe politique locale et une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement étrangers ont assisté à sa prestation de serment en grande pompe dans le stade de rugby de la capitale Pretoria.

M. Ramaphosa, 66 ans, a été réélu mercredi par les députés après la victoire de son parti, le Congrès national africain (ANC), aux élections législatives du 8 mai. Au pouvoir depuis la chute de l'apartheid en 1994, l'ANC a réussi à renouveler sa majorité absolue à l'Assemblée nationale mais réalisé son plus faible score à un scrutin national (57,5%), illustration de la chute de sa popularité dans le pays.

Même si de réels progrès ont été accomplis depuis un quart de siècle, l'Afrique du Sud reste un des pays les plus inégalitaires de la planète, affecté par un chômage de masse (plus de 27%), un fort taux de pauvreté et une corruption galopante. "Une nouvelle ère se lève sur notre pays. Des jours meilleurs s'annoncent pour l'Afrique du Sud", a proclamé Cyril Ramaphosa, "il est temps pour nous de bâtir l'avenir auquel nous aspirons".

Zuma boude la cérémonie

"Proclamons que lorsque nous fêterons le 50e anniversaire de notre libération (en 2004), les besoins essentiels de tous sur cette terre seront satisfaits", a-t-il lancé. "Les défis auxquels nous sommes confrontés sont réels mais ne sont pas insurmontables (...) nous allons les relever".

Sitôt dissipés le vrombissement des avions militaires et les notes de la fanfare, tous les regards se sont tournés vers la présidence, d'où M. Ramaphosa devait annoncer, peut-être dès ce week-end, la composition de son gouvernement. "Vous allez voir le changement", avait-il assuré mercredi.

Depuis son arrivée au pouvoir il y a un an, M. Ramaphosa répète qu'il va tourner la page du règne calamiteux de Jacob Zuma (2009-2018), terni par une litanie de scandales politico-financiers qui ont éclaboussé l'Etat et le parti. Inculpé de corruption, l'ex-président a d'ailleurs ostensiblement boudé la cérémonie d'investiture.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00