La Liberté

17.01.2020

Le président ukrainien refuse la démission de son Premier ministre

Le Premier ministre ukrainien Oleksiï Gontcharouk (archives). © KEYSTONE/EPA/sd ase ukit
Le Premier ministre ukrainien Oleksiï Gontcharouk (archives). © KEYSTONE/EPA/sd ase ukit
Le Premier ministre ukrainien Oleksiï Gontcharouk (archives). © KEYSTONE/EPA/sd ase ukit
Le Premier ministre ukrainien Oleksiï Gontcharouk (archives). © KEYSTONE/EPA/sd ase ukit
Partager cet article sur:
17.01.2020

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a refusé vendredi la démission présentée dans la matinée par son Premier ministre. Il a dit vouloir lui donner une seconde "chance" à ce poste.

"J'ai décidé de donner une chance à vous et votre gouvernement", a déclaré M. Zelensky, lors d'une rencontre avec le chef du gouvernement Oleksiï Gontcharouk selon une vidéo publiée par la présidence. M. Gontcharouk a présenté sa démission après la diffusion de déclarations désobligeantes à l'encontre du chef de l'Etat, première crise politique pour le jeune président.

Selon des fuites publiées sur les réseaux sociaux et reprises par les médias, M. Gontcharouk a qualifié de "primitives" les connaissances économiques du président, qui était comédien et humoriste jusqu'à son élection à la tête de l'Ukraine en avril. Le président Zelensky n'a fait aucune mention de ces déclarations.

Optimiser les salaires

Il a cependant exigé du Premier ministre d'améliorer sa coopération avec le Parlement et d'optimiser les salaires de hauts responsables gouvernementaux. Le versement d'importants bonus à ces responsables avait provoqué ces dernières semaines un scandale en Ukraine.

"De tels salaires ne peuvent pas avoir lieu en Ukraine dans l'état actuel de notre économie", a déclaré M. Zelensky. L'Ukraine, ex-république soviétique, est considéré comme un des pays les plus pauvres d'Europe.

Selon la loi ukrainienne, c'est au Parlement qu'il revient d'accepter ou de rejeter la démission d'un Premier ministre. Le président Zelensky dispose cependant de la majorité absolue à l'assemblée.

Pas un manque de respect

Evoquant les déclarations controversées, Oleksiï Gontcharouk a écrit sur sa page Facebook que "leur contenu crée artificiellement l'idée que moi et mon équipe ne respectons pas le président". "Ce n'est pas vrai", a-t-il ajouté: "Je suis arrivé à ce poste pour appliquer le programme du président".

Des enregistrements présentés comme venant d'une réunion informelle organisée le 16 décembre entre des ministres et des responsables de la banque centrale ont été diffusés cette semaine. Selon les médias, les participants y discutent de la manière d'expliquer leurs décisions économiques à Volodymyr Zelensky, un ancien comédien, novice en politique jusqu'à son élection à la présidence en avril.

Oleksiï Gontcharouk y dirait que les explications doivent être simples, car "Zelensky a une compréhension vraiment primaire de l'économie".

Le président ukrainien a réuni dès vendredi les dirigeants des forces de l'ordre, les sommant d'établir "dans les deux semaines" la source des fuites. Il a aussi ordonné des mesures pour "rendre impossible" tout enregistrement clandestin à l'intérieur des immeubles gouvernementaux, une "question de sécurité nationale", alors que l'Ukraine a connu par le passé des fuites de ce type.

Réformes libérales

Nommé il y a cinq mois, Oleksiï Gontcharouk, 35 ans, est l'un des plus jeunes chefs de gouvernement du monde. Cet ancien avocat est partisan de réformes économiques libérales. Son gouvernement a activement oeuvré en faveur de l'ouverture du marché des terres agricoles en Ukraine, une mesure très attendue par les investisseurs mais redoutée par la population.

Il fait partie d'une vague de nouveaux visages arrivés au pouvoir avec M. Zelensky qui promettait de "casser le système" de vieilles élites jugées corrompues.

ats, afp

suivez-nous sur insta

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00