La Liberté

12.06.2019

Le procès historique des séparatistes catalans touche à sa fin

Les partisans des indépendantistes ont appelé à manifester après la fin du procès à Barcelone (archives). © KEYSTONE/AP Assamblea Nacional de Catalunya/ROSER VILALLONGA
Les partisans des indépendantistes ont appelé à manifester après la fin du procès à Barcelone (archives). © KEYSTONE/AP Assamblea Nacional de Catalunya/ROSER VILALLONGA


12.06.2019

Après quatre mois d'audiences, le procès historique de 12 indépendantistes catalans pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017 touche à sa fin mercredi en Espagne. Il devrait déboucher d'ici plusieurs mois sur un jugement ultra-sensible politiquement.

Anciens membres du gouvernement catalan, ex-présidente du parlement régional ou présidents d'associations indépendantistes, ces 12 séparatistes sont jugés par la Cour suprême pour avoir organisé le 1er octobre 2017 un référendum d'autodétermination, interdit par la justice, suivi le 27 du même mois d'une vaine déclaration d'indépendance votée par le parlement catalan.

La décision du tribunal est attendue à l'automne. Les accusés ont déjà prévu de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme.

En détention provisoire, comme huit autres, l'ex-vice-président catalan Oriol Junqueras est le principal accusé en l'absence de l'ancien président régional, Carles Puigdemont, qui a fui en Belgique où il échappe aux poursuites. Elu député espagnol et européen durant le procès, M. Junqueras encourt 25 ans de prison.

"Voter (...) et défendre la république depuis un parlement ne peut pas constituer un délit", a-t-il déclaré lors d'une dernière intervention de quelques minutes devant le tribunal. "Le meilleur pour tout le monde, pour la Catalogne, pour l'Espagne, pour l'Europe, est de ramener la question sur le terrain politique (...) d'où elle n'aurait jamais dû sortir", a-t-il ajouté.

"Prisonniers politiques"

Les partisans des indépendantistes, qui les qualifient de "prisonniers politiques", ont appelé à manifester après la fin du procès à Barcelone, où un écran géant a été monté pour suivre les déclarations des accusés. "Ce jugement est une anomalie démocratique", a affirmé Abel Vilà, étudiant de 25 ans suivant l'audience un drapeau indépendantiste à la main.

La justice et le gouvernement espagnols ne cessent pour leur part de marteler que les accusés ne sont pas jugés pour leurs idées mais pour avoir enfreint la loi.

Condition indispensable du délit de rébellion, dont sont accusés neuf des 12 indépendantistes, l'existence ou non d'un soulèvement violent aura été la question centrale de ce procès. Le parquet n'a pas hésité à qualifier les évènements de 2017 de "coup d'Etat" s'étant déroulé dans un "climat d'insurrection".

Juristes divisés

Les juristes sont en revanche divisés sur le sujet. La défense balaie la rébellion, soutenant que la violence est venue quasi exclusivement des forces de l'ordre envoyées pour empêcher le référendum.

Pour les avocats des indépendantistes, ces derniers sont coupables au pire de désobéissance, délit sanctionné d'une simple peine d'inéligibilité.

"Le récit des faits (de l'accusation) ne correspond pas à la réalité", a insisté mercredi Marina Roig, l'avocate de Jordi Cuixart, l'un des accusés.

Polarisation

Les points de vue diamétralement opposés des deux parties reflètent le débat tout aussi polarisé hors de la Cour suprême. Plus d'un an et demi après la tentative de sécession, la Catalogne est toujours gouvernée par les indépendantistes et profondément divisée, tandis que la question catalane reste au centre du débat politique national.

Le socialiste Pedro Sanchez, chef du gouvernement espagnol qui a entamé des tractations avec les partis pour être reconduit au pouvoir, cherche à se passer du soutien des séparatistes catalans. Ceux-ci lui ont rendu la vie impossible depuis le début du procès, précipitant notamment la convocation de législatives anticipées en avril en refusant d'approuver le budget de l'Etat.

Pour l'analyste politique Josep Ramoneda, dans ce contexte, "il est assez hypothétique que les gouvernements espagnol et catalan puissent se mettre à dialoguer", les séparatistes persistant à réclamer un référendum d'autodétermination dont Madrid ne veut pas entendre parler.

Et "quelle qu'elle soit, la sentence sera interprétée par le mouvement indépendantiste comme un élément auquel s'accrocher pour tenter de mobiliser à nouveau", estime Oriol Bartomeus, professeur de sciences politiques à l'Université autonome de Barcelone.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00