La Liberté

20.06.2019

Le Sénat américain bloque une vente d'armes à l'Arabie

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a resurgi dans les débats du Sénat portant sur une autorisation de ventes d'armes à Ryad (archives). © KEYSTONE/AP/HASAN JAMALI
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a resurgi dans les débats du Sénat portant sur une autorisation de ventes d'armes à Ryad (archives). © KEYSTONE/AP/HASAN JAMALI


20.06.2019

Le Sénat américain a bloqué jeudi une vente d'armes à l'Arabie saoudite et à d'autres pays arabes autorisées par Donald Trump. Il manifeste ainsi un signe de défiance à la politique présidentielle favorable à Ryad.

Plusieurs élus de la majorité républicaine se sont joints aux démocrates pour voter trois résolutions s'opposant à cette vente. D'un montant de 8,1 milliards de dollars au total, elle avait été autorisée fin mai par l'administration Trump, qui avait invoqué une situation d'urgence provoquée par l'Iran pour contourner le Congrès.

Les trois résolutions devraient être confirmées à la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates. Mais le président américain va ensuite certainement opposer son veto. Les contrats concernent notamment la vente d'armes, de munitions et la maintenance d'aéronefs à l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et la Jordanie.

Les opposants ont fustigé la responsabilité de Ryad dans le conflit au Yémen, qui a fait des dizaines de milliers de morts, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires. "Quand elles visent les civils, comment pouvons-nous continuer à vendre ces armes", a affirmé le démocrate Robert Menendez avant le vote.

Certains élus sont aussi furieux après l'assassinat en octobre 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, critique du régime, dans le consulat saoudien à Istanbul. De nombreux parlementaires considèrent le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, comme le donneur d'ordre de ce meurtre.

L'Arabie saoudite intervient militairement depuis 2015 au Yémen à la tête d'une coalition progouvernementale contre les rebelles Houthis, soutenus par Téhéran. Le Royaume Uni a également annoncé jeudi la suspension de ventes d'armes à l'Arabie Saoudite pouvant être utilisées au Yémen. L'Allemagne avait pris la même décision en invoquant la mort de Jamal Khashoggi.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00