La Liberté

14.05.2021

Le trafic peine à redécoller à l'aéroport de Francfort

Comparé à avril 2020, quand le Covid-19 avait entraîné l'arrêt quasi-total des liaisons aériennes, le nombre de passagers a augmenté de 423%, à 983.839, selon un communiqué de l'opérateur Fraport (archives). © KEYSTONE/DPA/ARNE DEDERT
Comparé à avril 2020, quand le Covid-19 avait entraîné l'arrêt quasi-total des liaisons aériennes, le nombre de passagers a augmenté de 423%, à 983.839, selon un communiqué de l'opérateur Fraport (archives). © KEYSTONE/DPA/ARNE DEDERT
Partager cet article sur:
14.05.2021

Le trafic à l'aéroport de Francfort, première plateforme allemande, est resté en avril 84% sous son niveau de 2019 malgré un bond sur un an, signe de l'impact durable de la pandémie sur le secteur, qui compte sur l'été pour redémarrer.

Comparé à avril 2020, quand le Covid-19 avait entraîné l'arrêt quasi-total des liaisons aériennes, le nombre de passagers a augmenté de 423%, à 983'839, selon un communiqué de l'opérateur Fraport.

Sur les quatre premiers mois de l'année, 3,4 millions de passagers sont passés par Francfort, 69% de moins qu'en 2020 et 83% en dessous du niveau de 2019.

Le secteur "n'a pas connu de reprise notable au premier trimestre 2021", avait commenté mardi le patron de Fraport, Stefan Schulte, à l'occasion des résultats trimestriels, tout en se disant "confiant" que "le pire de la dépression" était désormais terminé.

Il s'attend une hausse "sensible" cet été, "principalement sur les routes européennes", reflétant les espoirs de l'industrie du tourisme.

Le numéro un mondial du secteur des voyages, l'allemand TUI, s'est dit mercredi "optimiste" grâce à la levée progressive des restrictions sanitaires, comptant ainsi sur un été "robuste".

En Allemagne, le gouvernement a assoupli les règles de quarantaine pour les voyageurs en provenance de certains pays classés à risque du coronavirus pour faciliter le tourisme.

Mais sur l'ensemble de l'année, le nombre de passagers dans le monde ne devrait atteindre que 43% du niveau de 2019, selon la principale organisation de compagnies aériennes, l'IATA.

Côté finances, les pertes cumulées des transporteurs devraient atteindre 47,7 milliards de dollars (43,1 milliards de francs) en 2021 contre 126,4 milliards l'année dernière.

Le premier groupe européen du transport aérien Lufthansa prévoit cet été d'opérer à 50% de son niveau d'avant la pandémie.

ats, awp, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00