La Liberté

13.08.2019

Les avocats de Bill Cosby veulent l'annulation de sa condamnation

Bill Cosby, 82 ans, autrefois adulé et considéré comme l'incarnation du père idéal, avait été reconnu coupable en avril 2018 par un juge de Pennsylvanie d'avoir drogué et sexuellement agressé une femme, Andrea Constand, 15 ans plus tôt (archives). © KEYSTONE/AP/MATT SLOCUM
Bill Cosby, 82 ans, autrefois adulé et considéré comme l'incarnation du père idéal, avait été reconnu coupable en avril 2018 par un juge de Pennsylvanie d'avoir drogué et sexuellement agressé une femme, Andrea Constand, 15 ans plus tôt (archives). © KEYSTONE/AP/MATT SLOCUM


13.08.2019

Les avocats de Bill Cosby ont plaidé lundi devant des juges de Pennsylvanie afin d'obtenir l'annulation de sa condamnation. L'ex-vedette de la télévision américaine a été condamné en 2018 à un minimum de trois ans de prison.

Bill Cosby, 82 ans, autrefois adulé et considéré comme l'incarnation du père idéal, avait été reconnu coupable en avril 2018 par un juge de Pennsylvanie d'avoir drogué et sexuellement agressé une femme, Andrea Constand, 15 ans plus tôt.

L'acteur, figure de la lutte pour l'émancipation des Noirs américains, avait été jugé coupable à l'issue d'un second procès au cours duquel cinq femmes, en plus d'Andrea Constand, affirmant avoir été abusées par le comédien, avaient pu témoigner.

Le premier procès, où une seule accusatrice autre que Mme Constand avait été autorisée à témoigner, s'était soldé par une annulation: les jurés n'avaient pu arriver à un accord unanime sur un verdict.

Expériences pas comparables

Lundi, les avocats de l'acteur - qui n'était pas présent à l'audience - ont plaidé devant un panel de trois juges d'appel réunis à Harrisburg, a confirmé Andrew Wyatt, porte-parole de M. Cosby.

Ils ont argué, en substance, que le juge n'aurait pas dû autoriser les témoignages de ces cinq femmes, au motif que leur expérience n'était pas suffisamment comparable à celle de Mme Constand, selon plusieurs médias présents sur place.

Ils ont aussi essayé de faire valoir qu'un procureur du comté de Montgomery avait décidé en 2005 de ne pas poursuivre M. Cosby, faute de preuves, et que cette décision aurait dû empêcher ses successeurs de relancer les poursuites, selon plusieurs médias. Mais les juges ont contesté à plusieurs reprises les arguments des avocats de l'acteur, selon le Philadelphia Inquirer.

Weinstein en septembre

Aucune décision n'a été rendue lundi, et les juges n'ont pas indiqué quand ils la rendraient. "M. Cosby espère que la cour d'appel de Pennsylvanie reconnaîtra qu'il n'a pas bénéficié d'un procès juste et impartial", a déclaré M. Wyatt, dans un communiqué après l'audience.

"M. Cosby demande uniquement à avoir le même accès à la justice que n'importe quel membre de la société, quels que soient la couleur de sa peau, sa richesse, ou sa notoriété", a-t-il ajouté.

La condamnation de Bill Cosby avait été considérée comme une grande victoire pour #MeToo, même si l'inculpation de l'acteur remontait à 2015, deux ans avant le début du mouvement lancé par les révélations sur les abus sexuels présumés commis par le producteur de cinéma Harvey Weinstein.

Ce dernier, qui a été inculpé à New York pour une agression sexuelle et un viol sur deux femmes, doit comparaître en procès à Manhattan à partir du 9 septembre.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00