La Liberté

Les banques françaises financent fortement les énergies fossiles

Les grandes banques françaises sont régulièrement ciblées pour leur soutien actif aux énergies fossiles. (archive) © KEYSTONE/EPA/Mohammed Badra
Les grandes banques françaises sont régulièrement ciblées pour leur soutien actif aux énergies fossiles. (archive) © KEYSTONE/EPA/Mohammed Badra


Publié le 13.04.2023


Les banques françaises ont représenté l'an dernier "les principaux soutiens européens à l'expansion des énergies fossiles" via le financement des grandes majors du pétrole et du gaz, affirment jeudi plusieurs organisations non gouvernementales.

Celles-ci mettent en lumière la forte activité de financement en la matière du Crédit Agricole, de BNP Paribas et de Société Générale, en particulier.

Dans le rapport "Banking on Climate Chaos", sept ONG dont Reclaim Finance et les Amis de la Terre avancent que les neuf premières entreprises pétrolières et gazières américaines et européennes, dont Totalenergies, BP et Eni, ont reçu collectivement l'an dernier 11,9 milliards de dollars de financement de la part des banques françaises, principalement Crédit Agricole, BNP Paribas et Société Générale. Mauvaises élèves à l'échelle européenne, les banques françaises restent cependant loin derrière leurs homologues nord-américaines en matière de financement des énergies fossiles, selon ce rapport.

Crédit Agricole et BNP Paribas, comme l'italienne Unicredit, ont même augmenté leurs financements auprès de cette industrie en 2022 par rapport à 2021, assurent ces ONG, montants à l'appui. Les calculs portent sur les prêts accordés, mais aussi les émissions d'actions et d'obligations des entreprises du pétrole, du gaz et du charbon.

Dans une déclaration transmise à l'AFP, BNP Paribas réfute ce constat "sur la base d'un rapport dans lequel nous avons constaté de nombreuses erreurs et biais méthodologiques, en particulier sur la comptabilisation des crédits" qui lui sont attribués. Au-delà des chiffres, cette étude annuelle "montre l'échec des politiques adoptées par les acteurs financiers français", déplore auprès de l'AFP Lucie Pinson, directrice de l'association Reclaim finance.

Une banque française fait cependant exception: la Banque postale. En 2021, elle se présentait comme "la première banque au monde" à s'engager pour une sortie totale des secteurs du pétrole et du gaz d'ici 2030. Les banques françaises ont toutes pris des engagements de neutralité carbone d'ici 2050.

"La lutte contre le changement climatique est une priorité pour les banques françaises, qui mettent en place des politiques ambitieuses pour accompagner une transition socialement responsable, globale et durable", se défend la Fédération bancaire française (FBF), qui dénonce comme l'an dernier une étude aux chiffres "fantaisistes". Le 23 février, trois ONG de défense de l'environnement avaient assigné en justice BNP Paribas, première banque européenne, au titre de sa "contribution significative" au réchauffement climatique, à cause de ses clients pétroliers et gaziers.

ats, awp, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11