La Liberté

19.10.2020

Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle en Bolivie

Les Boliviens doivent choisir entre six candidats à la présidence de leur pays. Ils doivent aussi élire leur vice-président et renouveler l'ensemble du Parlement. © KEYSTONE/AP/Martin Mejia
Les Boliviens doivent choisir entre six candidats à la présidence de leur pays. Ils doivent aussi  élire leur vice-président et renouveler l'ensemble du Parlement. © KEYSTONE/AP/Martin Mejia
Les Boliviens doivent choisir entre six candidats à la présidence de leur pays. Ils doivent aussi élire leur vice-président et renouveler l'ensemble du Parlement. © KEYSTONE/AP/Martin Mejia
Les Boliviens doivent choisir entre six candidats à la présidence de leur pays. Ils doivent aussi  élire leur vice-président et renouveler l'ensemble du Parlement. © KEYSTONE/AP/Martin Mejia
Selon le sondage, Luis Acre devance de plus de 20 points son principal rival. © KEYSTONE/AP/Juan Karita
Selon le sondage, Luis Acre devance de plus de 20 points son principal rival. © KEYSTONE/AP/Juan Karita
Luis Arce estime que la Bolivie a "renoué avec la démocratie" (archives). © KEYSTONE/AP/Juan Karita
Luis Arce estime que la Bolivie a "renoué avec la démocratie" (archives). © KEYSTONE/AP/Juan Karita
Partager cet article sur:
19.10.2020

Le socialiste Luis Arce sera le prochain président de la Bolivie, après sa large victoire à la présidentielle dimanche. Son mentor, l'ex-président Evo Morales, a annoncé depuis l'Argentine son retour "tôt ou tard" dans le pays.

M. Arce, candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti fondé par Evo Morales, a remporté dimanche l'élection présidentielle en Bolivie dès le premier tour avec plus de 52% des voix, selon plusieurs sondages de sortie des urnes.

Alors que les résultats officiels, dont le décompte avance très lentement, n'étaient toujours pas connus lundi à la mi-journée, le principal rival de M. Arce, l'ancien président centriste Carlos Mesa (2003-2005), a reconnu la "large" victoire de son adversaire.

"Le résultat est (...) très clair", a déclaré M. Mesa, à propos de sondages de sortie des urnes qui donnent à Luis Arce une avance d'environ 20 points. "Il nous appartient, comme il convient à ceux d'entre nous qui croient en la démocratie (...) de reconnaître qu'il y a eu un gagnant dans cette élection", a-t-il ajouté.

La présidente par intérim, la conservatrice Jeanine Añez, farouche opposante du candidat du MAS, avait déjà reconnu dimanche soir sa victoire.

"Nous avons retrouvé l'espoir"

A l'annonce de son triomphe, Luis Arce avait estimé que la Bolivie avait "renoué avec la démocratie". Nous avons retrouvé l'espoir", a ajouté le futur président.

Pour la première fois depuis 20 ans, Evo Morales, emblématique dirigeant de la gauche sud-américaine, n'était pas candidat à la présidence lors du scrutin de dimanche.

L'ancien chef de l'Etat (2006-2019), premier président indigène du pays, avait démissionné en novembre 2019, accusé de fraude électorale par l'opposition, avant de fuir au Mexique puis en Argentine.

Lors du précédent scrutin présidentiel d'octobre 2019, où il briguait un quatrième mandat, le dépouillement avait été suspendu pendant plus de 20 heures. A sa reprise, Evo Morales avait été déclaré vainqueur dès le premier tour.

L'opposition avait alors crié à la fraude et des heurts avaient eu lieu dans le pays entre partisans et détracteurs du chef de l'Etat. Lâché par la police et l'armée, ce dernier avait finalement démissionné.

"Retour dans ma région"

Dès le lendemain de la victoire de M. Arce, Evo Morales a annoncé qu'il rentrerait rapidement dans son pays.

"Tôt ou tard, nous allons rentrer en Bolivie, il n'y a pas de discussion là-dessus. Mon grand souhait est de retourner en Bolivie, dans ma région. C'est une question de temps", a déclaré M. Morales lors d'une conférence de presse à Buenos Aires où il réside.

Après un an d'une grave crise post-électorale qui a fait 36 morts, le scrutin s'est déroulé dans le calme, alors que nombreux Boliviens craignaient une répétition des violences post-électorales qui avaient fait 36 morts l'an dernier.

Selon un sondage diffusé par la chaîne privée Unitel, Luis Arce obtient 52,4% des voix, contre 31,5% pour Carlos Mesa. Un autre sondage de la Fondation catholique Jubileo crédite le socialiste de 53% des suffrages, contre 30,8% pour son rival.

La gauche sud-américaine se réjouit

La victoire du dauphin d'Evo Morales a été saluée lundi par plusieurs dirigeants de gauche sud-américains.

Le président du Venezuela Nicolas Maduro a "félicité le peuple frère de Bolivie à l'occasion du large et indiscutable triomphe du Mouvement vers le socialisme (MAS)" et de l'"éclatante victoire" de Luis Arce, a indiqué le ministère vénézuélien des Affaires étrangères dans un communiqué.

"La leçon qu'a donné le peuple bolivien pour défendre son auto-détermination et sa démocratie va se poursuivre sur le continent", a déclaré Marcelo Ebrard, le ministre mexicain des Affaires étrangères du gouvernement du président Andres Manuel Lopez Obrador.

Cela "n'est pas seulement une bonne nouvelle pour ceux d'entre nous qui défendent la démocratie en Amérique latine ; c'est aussi un acte de justice face à l'agression subie par le peuple bolivien", a écrit le président argentin de centre gauche, Alberto Fernandez, sur Twitter.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00