La Liberté

12.01.2019

Les "Chläuse" appenzellois ont bravé la neige pour leur Nouvel An

En raison du temps changeant, certains "Chläuse" ont opté cette année pour un costume branches de sapin. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
En raison du temps changeant, certains "Chläuse" ont opté cette année pour un costume branches de sapin. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Malgré le temps instable, on pouvait quand même voir quelques "beaux Chläuse". Leurs somptueux costumes nécessitent des heures de travail. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Malgré le temps instable, on pouvait quand même voir quelques "beaux Chläuse". Leurs somptueux costumes nécessitent des heures de travail. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Des "Chläuse" sillonnent la campagne appenzelloise. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Des "Chläuse" sillonnent la campagne appenzelloise. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Les "Chläuse" ont bravé la neige pour aller de ferme en ferme souhaiter la bonne année aux habitants. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Les "Chläuse" ont bravé la neige pour aller de ferme en ferme souhaiter la bonne année aux habitants. © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER


12.01.2019

Les "Chläuse" ont sillonné samedi la campagne appenzelloise fortement enneigée pour célébrer le Nouvel An. Portant d'imposants masques, ils ont souhaité la bonne année aux habitants avec des chants et des grelots.

En Appenzell, l'année se termine deux fois: le 31 décembre et le 13 janvier, selon l'ancien calendrier julien. Selon la tradition, le défilé des "Chläuse" est interdit le dimanche. C'est pourquoi ils se sont mis en route un jour plus tôt.

Comme de coutume, ils se sont rendus de ferme en ferme pour souhaiter la bonne année aux habitants ainsi qu'aux nombreux touristes présents. Cette année, aussi bien des "beaux" - des "Chläuse" au déguisement féminin ou masculin - que des "vilains" - au costume souvent fait d'éléments naturels - et des "beaux vilains" - un mélange des deux - étaient visibles.

Les beaux ne sortent pas par mauvais temps, la pluie ou la neige risquant d'endommager leurs somptueuses coiffes, auxquelles il faut consacrer des centaines d'heures de travail. Comme cette année la météo est changeante, les trois sortes de personnages sont sortis.

La tradition des "Chläuse" remonte sans doute à la fin du Moyen-Age. Les habitants de cette région protestante avaient alors refusé de passer au calendrier grégorien. A l'origine, leur procession se déroulait probablement à la St-Nicolas avant d'être reportée au Nouvel-An en raison des récriminations de l'Eglise.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00