La Liberté

07.12.2018

Les conservateurs élisent une fidèle de Merkel à leur tête

Les conservateurs allemands ont élu une fidèle de Merkel à leur tête. © KEYSTONE/EPA/HAYOUNG JEON
Les conservateurs allemands ont élu  une fidèle de Merkel à leur tête. © KEYSTONE/EPA/HAYOUNG JEON


07.12.2018

Le choix de la continuité: le parti conservateur allemand CDU a élu vendredi à sa tête Annegret Kramp-Karrenbauer. Celle-ci est une fidèle d'Angela Merkel, contrainte de passer la main après 18 ans de règne.

Mais le vote s'est avéré très serré et pourrait donc augurer de difficultés à venir pour maintenir la cohésion de ce mouvement qui a dirigé la première économie européenne pendant 50 des 70 dernières années.

L'actuelle numéro deux du mouvement démocrate-chrétien allemand (CDU), âgée de 56 ans, s'est imposée par vote avec seulement 51,7% des voix lors d'un congrès à Hambourg, face à un opposant interne à Angela Merkel, Friedrich Merz. Ce dernier entendait opérer un virage nettement à droite par rapport au cap centriste imprimé depuis 18 ans par la chancelière.

La nomination de Mme Kramp-Karrenbauer, surnommé par ses initiales "AKK", ouvre à terme les portes de la chancellerie à cette Sarroise encore inconnue il y a un an en Allemagne. Et elle augmente aussi les chances qu'Angela Merkel parvienne à boucler son mandat de chancelière en 2021, comme elle le souhaite.

A l'annonce des résultats, la majorité du millier de délégués présent dans un hall de la foire de Hambourg plein à craquer se sont levés, certains scandant AKK! AKK!. Très émue, l'heureuse élue s'est dirigée vers le podium où elle a embrassé Angela Merkel, son mentor.

Elle a remercié ses deux adversaires "pour une compétition juste": Friedrich Merz et le jeune ministre de la Santé Jens Spahn, un autre anti-Merkel, éliminé au premier tour, et a promis de travailler avec eux dans l'avenir.

Garder la boussole

Cette mère de trois enfants, qui a fait presque toute sa carrière dans la Sarre, a endossé globalement la politique centriste d'Angela Merkel, alors que ses rivaux préconisaient un virage très conservateur afin de récupérer les électeurs partis voter pour l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le parti d'extrême droite entré il y a un an à la chambre des députés. Dans son discours, la secrétaire générale a appelé à garder la "boussole" et à protéger ses valeurs chrétiennes et démocrates.

Elle s'est également défendue d'être une "Mini-Merkel", l'un de ses sobriquets. "Je suis telle que je suis", a-t-elle clamé, en référence aussi à ses positions plus radicales que celles de la chancelière sur certains thèmes de société ou en matière d'immigration. La CDU a plus que jamais besoin d'un nouveau souffle.

Attaqué sur la droite par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD, extrême droite) et rongé au centre par les Verts, la formation ne récolte plus avec son allié bavarois CSU que 26 à 28% des intentions de vote dans les sondages. Aux législatives de septembre 2017, elle était sortie affaiblie, mais avec encore 33% de suffrages. Son partenaire gouvernemental, le parti social-démocrate (SPD), est dans un état encore bien pire.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00