La Liberté

14.03.2019

Les effectifs de la presse régionale française ont chuté de 10% en dix ans

Les journaux de la presse quotidienne régionale ont vu leurs revenus chuter de persque 20% en dix ans (archives). © KEYSTONE/AP/FRANCK PREVEL
Les journaux de la presse quotidienne régionale ont vu leurs revenus chuter de persque 20% en dix ans (archives). © KEYSTONE/AP/FRANCK PREVEL


14.03.2019

La presse locale française perd ses plumes: les effectifs des journalistes de la presse quotidienne régionale (PQR) ont chuté de près de 10% en une décennie, selon une étude présentée jeudi aux Assises du journalisme de Tours.

Le baromètre social réalisé pour ces Assises montre que les journalistes (titulaires d'une carte de presse) travaillant dans la PQR sont tombés à 5782 en 2017, contre un pic à 6399 en 2007. Un recul de 9,6%, supérieur à la tendance enregistrée par la profession dans son ensemble. Le nombre total de cartes de presse attribuées a chuté de 6,68% de 2009 à 2018, à 35'297, selon les chiffres de la CCIJP, la commission paritaire qui délivre ce titre.

Cette dégringolade reflète la crise économique frappant la soixantaine de journaux qui composent la PQR: leur chiffre d'affaires global a chuté de presque 20% en dix ans, tombant à 2,18 milliards d'euros en 2016, d'après des données officielles. Une baisse principalement liée à un effondrement de 38,7% de leurs ressources publicitaires.

Moins de précarité

Le baromètre relève toutefois que la précarité est moins importante pour les journalistes professionnels dans la presse locale que dans la presse nationale: on dénombre 5,18% de CDD et 9,8% de pigistes dans la PQR, alors que plus d'un quart des titulaires de la carte de presse tous médias confondus sont en statut précaire.

Dans la PQR, "la tendance est toujours au recul du nombre de journalistes, même si la plupart des responsables de rédactions parlent d'un ralentissement, voire un retournement prochain de la tendance", notamment grâce au développement de stratégies "digital first" (donnant la priorité au numérique, par rapport aux éditions papier), résume l'auteur de l'étude, le sociologue des médias Jean-Marie Charon.

Ces stratégies induisent des recompositions à l'intérieur des rédactions. Mais pour le moment les recrutements de nouveaux profils annoncés par certains médias (notamment de journalistes maîtrisant la vidéo, l'exploitation des données, les réseaux sociaux...) ne suffisent pas à compenser les départs.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00