La Liberté

22.10.2019

Les forces kurdes disent avoir rempli les conditions de la trêve

La Turquie a lancé début octobre une opération militaire dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des YPG (archives). © KEYSTONE/AP/LEFTERIS PITARAKIS
La Turquie a lancé début octobre une opération militaire dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des YPG (archives). © KEYSTONE/AP/LEFTERIS PITARAKIS
La Turquie a lancé début octobre une opération militaire dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des YPG (archives). © KEYSTONE/AP/LEFTERIS PITARAKIS
La Turquie a lancé début octobre une opération militaire dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des YPG (archives). © KEYSTONE/AP/LEFTERIS PITARAKIS


22.10.2019

Les combattants kurdes ont fait savoir mardi à l'administration américaine s'être totalement retirés de la zone de sécurité voulue par la Turquie au nord de la Syrie, selon un responsable américain. La trêve négociée par les Etats-Unis avec Ankara expire à 21h00.

Le commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mazloum Abdi, a indiqué dans une lettre au vice-président américain Mike Pence avoir retiré "toutes les forces des YPG", les Unités de protection du peuple, principale composante des FDS considérée par Ankara comme un groupe terroriste, a précisé ce responsable ayant requis l'anonymat.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait averti plus tôt dans la journée que faute d'un retrait des forces kurdes l'offensive dans le nord de la Syrie reprendrait "avec une plus grande détermination".

"Le processus (de trêve) s'achève aujourd'hui à 22h00 (21h00 suisses). Si les promesses faites par les Américains ne sont pas respectées, l'opération reprendra avec une plus grande détermination", a déclaré M. Erdogan avant de s'envoler pour la Russie pour une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine.

"Zone de sécurité"

L'opération turque lancée le 9 octobre dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des YPG est suspendue à la faveur d'un accord de trêve négocié entre Washington et Ankara. Cette trêve vise à permettre aux YPG de se retirer de leurs positions comprises dans un projet de "zone de sécurité" que la Turquie veut mettre en place le long de sa frontière afin de séparer celle-ci des territoires contrôlés par les forces kurdes.

Ce projet de "zone de sécurité", qui doit s'étirer dans un premier temps sur 120 km, des villes de Ras al-Aïn à Tal Abyad, doit s'élargir à 444 km, de Jarablous à la frontière irakienne, a déclaré le président turc.

ats, afp

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00