La Liberté

22.07.2018

Les Suisses pour un relèvement de l'âge de la retraite des femmes

Actuellement en Suisse, la loi fixe l'âge de la retraite à 64 ans pour les femmes et à 65 ans pour les hommes (image symbolique). © KEYSTONE/GAETAN BALLY
Actuellement en Suisse, la loi fixe l'âge de la retraite à 64 ans pour les femmes et à 65 ans pour les hommes (image symbolique). © KEYSTONE/GAETAN BALLY


22.07.2018

Les récentes propositions du Conseil fédéral pour la réforme de l'AVS sont beaucoup plus populaires auprès des citoyens que des partis. Selon un sondage, une majorité de Suisses se prononce pour un relèvement de l'âge de la retraite des femmes et une hausse de la TVA.

Les deux tiers des sondés sont favorables ou plutôt favorables à l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes de 64 ans à 65 ans, selon cette étude publiée dimanche dans le SonntagsBlick. 16% se disent contre et 18% sont plutôt défavorables à la mesure. Les hommes (78%) plébiscitent clairement cette hausse; plus divisées, les femmes, sont néanmoins 54% à l'appuyer.

En outre, près de deux tiers des répondants accepteraient également une augmentation de la TVA de 1,9% afin d'assainir l'AVS. Actuellement, le Conseil fédéral propose une hausse de ce taux de 1,5 point à 9,2%. Les résultats montrent que 23% des Suisses interrogés sont en faveur d'une augmentation et 41% plutôt pour. A l'opposé, ils sont 20% à se prononcer contre et 13% à se dire plutôt défavorables. Trois pour cent n'avaient pas d'opinion ou pas de réponse.

Selon l'auteur de l'étude, l'Institut gfs.bern, il est significatif que les deux propositions soient approuvées par une majorité des personnes sondées. Tant dans les rangs de la droite bourgeoise que dans ceux de gauche, ces solutions sont majoritairement acceptées.

Un frein à l'endettement ou même une réduction des rentes est en revanche non négociable pour les électeurs interrogés. Si ces derniers avaient le choix, ils poseraient l'âge de la retraite en moyenne à 65,3 ans pour les femmes et 65,6 ans pour les hommes.

L'enquête représentative sur la réforme des retraites a été réalisée par l'institut gfs.bern entre le 25 mai et le 11 juin auprès de 1336 électeurs de tous les coins du pays. Elle a été mandatée par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Thurgovie.

Plusieurs revers dans les urnes

La perception de cette problématique a considérablement évolué ces dernières années au sein de la population, analyse gfs.bern. L'Institut précise dans son rapport que 89 % des 1336 personnes sondées jugent que le besoin de réforme de la prévoyance vieillesse est urgent.

Beaucoup sont même ouverts à la création de nouveaux modèles AVS. De concert, on avance aussi que celui qui a étudié longtemps devrait prendre sa retraite plus tard que celui qui commence à travailler après un apprentissage. Sur cette idée, 63% sont d'accord sur le fond, 33% la rejettent.

Les personnes sondées se montrent plus réservées, sans être totalement fermées, à l'idée d'un relèvement progressif de l'âge de la retraite à 66 ans, jusqu'en 2032. Une majorité de 70 % des sondés jugent toutefois qu'il est inadéquat de discuter d'un relèvement de l'âge de la retraite, aussi longtemps que l'accès à l'emploi est aussi ardu pour la tranche des 50-60 ans.

L'augmentation ou l'harmonisation de l'âge de la retraite des femmes mais aussi l'abaissement de cette limite ont échoué plusieurs fois sur le plan politique en Suisse. En 2004, les citoyens ont rejeté par les urnes un modèle visant à établir l'âge de la retraite à 65 ans pour tous. Plus récemment, en septembre 2017, une nouvelle mouture de la prévoyance vieillesse incluant une hausse de l'âge de la retraite pour les femmes a aussi été rejetée.

Fragiles avancées

Dans la sphère politique, ces propositions sont encore loin de trouver une majorité. Les représentants de la gauche sont clairement opposés à un relèvement de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans, aussi longtemps que celles-ci subissent des discriminations salariales.

Or l'objet ne trouve pas non plus de consensus au Parlement. Pour trouver une majorité, le nouveau projet doit répondre à un double défi: il doit renflouer les caisses de l'AVS, tout en s'efforçant de modérer les dépenses de celle-ci.

Le Conseil des Etats a décidé en juin de lier la question de la réforme de l'AVS à celui du Projet fiscal 17. L'idée est que chaque franc récolté sur les plans fédéral, cantonal et communal par le biais de ce projet fiscal aille renflouer les caisses de l'AVS. Cette solution permettrait de récolter environ deux milliards de francs au profit du financement des retraites.

Cette proposition est l'oeuvre de la Commission de l'Economie du Conseil des Etats. Le Conseil fédéral a réagi en formulant une nouvelle solution comprenant un âge de la retraite à 65 ans pour les femmes, ainsi qu'une hausse de la TVA.

Enfin, la Commission de la sécurité sociale du Conseil national a fait en juillet une nouvelle proposition de relèvement de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans, progressivement à partir de 2020.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00