La Liberté

24.04.2019

Les victimes civiles sous les bombes US et afghanes

Les bombes US et afghanes ont tué plus de civils durant le 1er trimestre 2019 en Afghanistan que les attaques des talibans. © KEYSTONE/EPA/GHULAMULLAH HABIBI
Les bombes US et afghanes ont tué plus de civils durant le 1er trimestre 2019 en Afghanistan que les attaques des talibans. © KEYSTONE/EPA/GHULAMULLAH HABIBI


24.04.2019

Les forces américaines et afghanes ont pour la première fois tué davantage de civils au premier trimestre 2019 que les talibans. Durant cette période, les forces internationales ont été responsables de la mort de 305 civils, contre 227 pour les groupes insurgés.

La plupart des décès sont intervenus lors de bombardements aériens américains ou de missions de reconnaissance au sol, menées essentiellement par les forces afghanes, dont certaines "semblent agir en toute impunité", selon le rapport de la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA) rendu public mercredi.

"La MANUA appelle les forces de sécurité nationales afghanes et les forces militaires internationales à mener des enquêtes sur les soupçons de victimes civiles, à en publier les résultats, et à dédommager les victimes de manière appropriée", indique encore l'organisation.

Multiplication des bombardements

Resolute support, la mission de l'Otan en Afghanistan, a dit se tenir "aux normes les plus élevées en matière d'exactitude et de responsabilité", via son porte-parole, le colonel Dave Butler. "La meilleure manière d'arrêter les souffrances des (civils) est d'arrêter les combats" via un accord entre toutes les parties, a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis, engagés militairement dans le pays depuis 2001, ont multiplié depuis 2017 leurs opérations aériennes tout en s'efforçant de négocier un accord de paix avec les talibans, qui contrôlent actuellement de vastes pans du territoire afghan.

En 2018, l'aviation américaine a largué 7362 bombes sur l'Afghanistan, soit plus de cinq fois plus qu'en 2016 (1337), selon un document militaire officiel. Le président américain Donald Trump a facilité le bombardement des positions talibanes.

Si d'autres pays peuvent apporter un soutien logistique ou technique, ce sont les avions américains qui effectuent le plus de frappes. L'armée de l'air afghane, en pleine expansion, effectue également des sorties.

Moins de victimes civiles

L'ONU a commencé à compiler les statistiques de victimes civiles en 2009 alors que la situation sécuritaire se détériorait en Afghanistan. Dans un rapport datant de février, portant sur l'année 2018, l'ONU remarquait que "c'est la première fois que les opérations aériennes se traduisent par la mort de plus de 500 civils", 76% des décès étant alors causés par les frappes américaines.

Pour la seule année 2018, "à peu près le même nombre de civils sont morts des suites de bombardements que les années 2014, 2015 et 2016 combinées", avait précisé l'ONU. Dans son dernier rapport, la MANUA a aussi constaté une diminution de 23% des victimes civiles sur le premier trimestre 2019, avec 581 morts et 1192 blessés, le bilan humain le moins élevé depuis le premier trimestre 2013.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00