La Liberté

12.02.2019

McSorley: "J'ai un contrat de directeur sportif, après..."

Une semaine cruciale pour Chris McSorley et ses joueurs. © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Une semaine cruciale pour Chris McSorley et ses joueurs. © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI


12.02.2019

Les esprits sont un peu moins sombres aux Vernets. La défaite de Fribourg Gottéron face à Rapperswil-Jona a offert un premier sursis à Genève-Servette. Chris McSorley est soulagé.

Les trois défaites concédées face à Fribourg Gottéron, Langnau Tigers et Ambri-Piotta auraient pu, en effet, valoir des ennuis au coach canadien. La direction du club a décidé de poursuivre l'aventure avec McSorley à la barre jusqu'à la fin de la saison, comme l'a annoncé la Tribune de Genève. Ce dernier se veut philosophe. "Il ne faut pas oublier que je possède un contrat de directeur sportif. J'ai obtenu un double mandat pour cette saison. Pour le prochain championnat, tout sera rediscuté et tout est ouvert", lâche-t-il conscient de la situation.

On a sans doute la mémoire courte dans l'entourage du club. Il y a exactement 13 mois, le club était à l'agonie et proche d'un dépôt de bilan. Sans l'arrivée providentielle de la Fondation 1891, Genève-Servette évoluerait au mieux en 1re ligue aujourd'hui après le management cahotique de Hugh Quennec. C'était l'anarchie totale à une période où tous les transferts importants se font. Ce n'est pas un hasard si les Genevois n'ont accueilli aucun joueur suisse pour leurs deux premiers blocs et ont perdu Damien Riat (Bienne) et Romain Loeffel (Lugano). Sans l'apport de la Fondation, qui a réagi tout de suite après les blessures des joueurs étrangers, les Genevois auraient pu se retrouver au niveau de Davos que celui d'un potentiel huitième.

Dans ces conditions, une qualification pour les play-off tiendra quand même de l'exploit. "Oui, je crois qu'on peut le dire, avance McSorley. Et je ne comprends pas cette saison bizarre avec cette liste de blessés sans fin et ces matches disputés avec deux étrangers seulement." L'Ontarien estime qu'il est toutefois toujours l'homme de la situation. "J'ai totalement confiance en mes capacités d'entraîneur."

Jacquemet: "On tient la canne un peu trop fort"

Genève-Servette s'en va au-devant une semaine passionnante. Les Genevois se rendent mardi sur la glace des Zurich Lions, reçoivent Davos vendredi et entreprennent le déplacement toujours périlleux de Lugano dimanche pour un choc peut-être décisif. Le couac de Fribourg face aux Lakers permet aux Servettiens de se retrouver dans une position qui permet encore d'envisager la qualification pour les play-off. La 8e place n'est qu'à trois points après tout, mais Lugano compte un match de moins...

"Je n'irai pas jusqu'à dire que la situation est bonne pour nous mais Rapperswil-Jona nous a donné un coup de main, c'est clair", souligne Arnaud Jacquemet, le défenseur de Genève-Servette, qui n'a pu s'entraîner lundi matin et qui n'est pas certain de jouer au Hallenstadion. Le Valaisan a une vision manichéenne de la situation: "Nous ne sommes plus maîtres de notre destin, mais nous allons encore affronter plusieurs équipes (réd: Zurich Lions, Lugano, Fribourg) qui ne sont pas loin de nous". En fait, si les Genevois remportaient leurs huit derniers matches, ils seraient qualifiés haut la main.

"Notre problème, c'est de tenir 60 minutes. Quand on joue notre jeu, on domine les autres équipes comme on l'a vu à Fribourg pendant 30 minutes", souligne Jacquemet. L'absence d'un buteur patenté se fait parfois sentir: "Je ne crois pas, souligne toutefois le défenseur. Nous avons des joueurs capables de marquer, mais en ce moment, on tient la canne un peu trop fort."

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00