La Liberté

26.10.2020

Méditerranée: Ankara prolonge une mission d'exploration gazière

Le navire Oruç Reis va poursuivre jusqu'au 4 novembre sa mission d'exploration gazière entre les îles grecques de Rhodes et Kastellorizo (archives). © KEYSTONE/AP/Burhan Ozbilici
Le navire Oruç Reis va poursuivre jusqu'au 4 novembre sa mission d'exploration gazière entre les îles grecques de Rhodes et Kastellorizo (archives). © KEYSTONE/AP/Burhan Ozbilici
Partager cet article sur:
26.10.2020

La Turquie a prolongé une mission d'exploration gazière dans une zone qu'elle dispute à la Grèce en Méditerranée orientale, faisant fi des appels de l'Occident. Le navire Oruç Reis restera jusqu'au 4 novembre entre les îles grecques de Rhodes et Kastellorizo.

Ankara avait auparavant indiqué que le bateau d'exploration gazière, escorté par des navires militaires, demeurerait dans cette zone jusqu'à mardi.

Dans un message de riposte sur le système maritime d'alerte NAVTEX, la Grèce a estimé que l'activité de ce bateau turc était "non autorisée et illégale, dans une zone qui recouvre le plateau continental grec".

"Pays paria"

Le ministre grec des affaires étrangères a condamné ce qu'il qualifie "d'attitude inacceptable" de la part de la Turquie qui "éloigne encore les perspectives d'un dialogue constructif". "La Turquie agit comme un pays paria qui cherche à déstabiliser la zone et à entretenir les tensions", a-t-il indiqué dans un communiqué.

L'OTAN a condamné jeudi l'escalade des tensions entre la Turquie et la Grèce en mer Méditerranée orientale et a demandé aux deux pays membres de l'alliance de respecter le droit international pour résoudre leurs différends.

Depuis août, lorsque l'Oruç Reis s'était pour la première fois rendu dans cette zone pendant presque un mois avant se retirer début septembre, les tensions entre les deux pays, qui se disputent des zones maritimes considérées riches en hydrocarbures, ne cessent de monter.

La Grèce accuse la Turquie de violer le droit maritime international en prospectant dans ses eaux et réclame des sanctions européennes contre Ankara. La Turquie soutient qu'elle a le droit de mener des recherches énergétiques dans cette zone de la Méditerranée orientale, arguant que la présence de la petite île grecque de Kastellorizo près de ses côtes ne suffit pas à imposer la souveraineté d'Athènes.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00