La Liberté

07.08.2018

Mexique: consultation publique de Lopez Obrador pour pacifier le pays

Le président élu mexicain Andrés Manuel López Obrador a tenu à Ciudad Juarez (nord) une première consultation publique destinée à trouver les moyens de pacifier un pays qui s'enfonce dans la violence. © KEYSTONE/AP/CHRISTIAN TORRES
Le président élu mexicain Andrés Manuel López Obrador a tenu à Ciudad Juarez (nord) une première consultation publique destinée à trouver les moyens de pacifier un pays qui s'enfonce dans la violence. © KEYSTONE/AP/CHRISTIAN TORRES


07.08.2018

Le président élu mexicain Andrés Manuel López Obrador a tenu mardi à Ciudad Juarez (nord) une première consultation publique. Celle-ci est destinée à trouver les moyens de pacifier un pays qui s'enfonce dans la violence.

"Je veux la justice pour ma fille!", "punition pour les coupables!" ont lancé au président-élu des proches de victimes dans l'auditorium de l'Université autonome de Ciudad Juarez, perturbant la tenue des débats. "Je sais qu'ici il y a soif de justice", a répliqué Andres Manuel Lopez Obrador, dans cette ville frontalière meurtrie, qualifiée en 2010 de "capitale mondiale du crime".

L'idée est d'élaborer "ensemble un plan qui garantisse la paix et la tranquillité dans le pays", a-t-il expliqué. Une vingtaine de consultations publiques doivent se tenir jusqu'au 24 octobre pour établir "un panorama des victimes par région et par de type de délit", selon un document élaboré par la future équipe du président élu, qui prendra ses fonctions le 1er décembre prochain.

Selon M. Lopez Obrador, la corruption est le principal problème du pays, car elle génère des inégalités, de la pauvreté et des violences.

Retour des militaires dans les casernes

Parmi les propositions envisagées par le vétéran de gauche figure le retrait progressif des militaires des rues des villes et leur retour dans les casernes, une opération mains propres parmi les policiers souvent corrompus et une possible légalisation de la culture et de la consommation de la marijuana à des fins récréatives.

Les violences ont explosé au Mexique depuis le déploiement de l'armée dans les rues décidé en 2006 par le gouvernement de Felipe Calderon (2006-2012) pour lutter contre les cartels de drogue. Plusieurs d'entre eux ont alors été décapités.

Cette stratégie, poursuivie par le président Enrique Pena Nieto, a abouti à des guerres de succession, et à la fragmentation des cartels en cellules délictueuses plus petites et plus violentes, pratiquant également les extorsions, les enlèvements et le vol de carburant.

Nouvelle stratégie

M. Lopez Obrador, que l'on surnomme "AMLO", envisage également une amnistie pour les petites mains des cartels. Cette proposition a déclenché une vive polémique durant la campagne. Il a précisé que cette amnistie ne viseraient que des petits paysans cultivant le pavot à opium ou encore des enfants et adolescents recrutés de force par les groupes criminels.

Les consultations publiques qui ont débuté ce mardi visent à sonder les familles de victimes face aux propositions "d'amnistie, de commission de la vérité et au sujet de la légalisation des drogues" selon le document de l'équipe du président-élu.

En 2017, le Mexique a enregistré le chiffre record de 28'711 homicides. Sur les six premiers mois de cette année, leur nombre atteint déjà 15'973 contre 13'503 l'an dernier, faisant craindre un nouveau record pour 2018.

ats, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00