La Liberté

25.08.2019

Paris fête les 75 ans de sa Libération

Un cortège de véhicules militaires, sur lesquels étaient juchés soldats et civils en tenue d'époque, s'est élancé de la porte d'Orléans, au sud de Paris, par où étaient entrées les troupes de la 2e division blindée du général Leclerc en août 1944. © KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON
Un cortège de véhicules militaires, sur lesquels étaient juchés soldats et civils en tenue d'époque, s'est élancé de la porte d'Orléans, au sud de Paris, par où étaient entrées les troupes de la 2e division blindée du général Leclerc en août 1944. © KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON
Une foule de badauds, dont certains portaient béret ou jupe haute, s'était massée sur les trottoirs. © KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON
Une foule de badauds, dont certains portaient béret ou jupe haute, s'était massée sur les trottoirs. © KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON
La mairie de Paris avait invité Parisiens et touristes à participer au défilé "habillés selon la mode vestimentaire de l'époque". © KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON
La mairie de Paris avait invité Parisiens et touristes à participer au défilé "habillés selon la mode vestimentaire de l'époque". © KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON
Un large drapeau français a été déployé le long d'un câble d'acier au niveau du 1er étage de la tour Eiffel. © KEYSTONE/AP/MICHEL SPINGLER
Un large drapeau français a été déployé le long d'un câble d'acier au niveau du 1er étage de la tour Eiffel. © KEYSTONE/AP/MICHEL SPINGLER


25.08.2019

"Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !": 75 ans jour pour jour après le célèbre discours du général de Gaulle, la capitale a commémoré dimanche la fin de quatre ans d'occupation nazie.

Plusieurs cérémonies symboliques et militaires ont eu lieu toute la journée pour célébrer l'expulsion en août 1944 des troupes allemandes, 1500 jours après avoir hissé la croix gammée en haut de la Tour Eiffel. C'est justement au pied du célèbre monument que les festivités ont débuté avec un hommage aux six sapeurs-pompiers de Paris qui avaient monté les escaliers de la dame de fer sous le feu ennemi pour remplacer l'étendard nazi par le drapeau tricolore.

A midi, un large drapeau français a été déployé le long d'un câble d'acier au niveau du 1er étage de la tour, figurant l'ascension du commando 75 ans plus tard, devant une petite foule de touristes curieux massés derrière les rangs de pompiers, officiers et élus.

Cortège de véhicules militaires

En milieu d'après-midi, un cortège de véhicules militaires, sur lesquels étaient juchés soldats et civils en tenue d'époque, s'est élancé de la porte d'Orléans, au sud de la capitale, par où étaient entrées les troupes de la 2e division blindée du général Leclerc en août 1944.

Jeeps, chars et camions ont défilé sous un soleil éclatant le long de l'avenue qui porte le nom du héros militaire jusqu'à la place Denfert-Rochereau, faisant hurler les sirènes. Une foule de badauds, dont certains portaient béret ou jupe haute, s'était massée sur les trottoirs.

La mairie avait invité Parisiens et touristes à participer au défilé "habillés selon la mode vestimentaire de l'époque". Elle avait encouragé les habitants et commerçants du quartier à décorer balcons et terrasses aux couleurs tricolores.

"Les gens étaient comme fous"

Témoin de l'époque, René Gonin, 24 ans en août 1944, n'a rien oublié de l'arrivée des chars dans Paris. "Les gens étaient comme fous, il y a des jeunes filles qui ne sont pas rentrées chez elles le soir (...) il y avait une ambiance extraordinaire", confie-t-il.

C'est également place Denfert-Rochereau qu'a été inauguré dimanche après-midi un nouveau musée consacré aux quatre années d'occupation nazie et la semaine d'insurrection qui y mit fin. "Avant, vous aviez le grand-père qui pouvait raconter. Il y a de moins en moins de témoins. Du coup, le musée trouve sa place, prend la relève du récit", souligne la directrice du musée, Sylvie Zaidman.

Paris s'est soulevée en août 1944, sans attendre l'arrivée des Alliés, après quatre années d'occupation allemande. Le 25, au terme d'une semaine de grèves, de barricades et de combats de rue sanglants, la capitale a accueilli de Gaulle qui, arrivé de Rambouillet (Yvelines), pouvait enfin proclamer "Paris libéré".

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00