La Liberté

30.06.2020

Pasteur Fatzer et Eglise protestante enterrent la hache de guerre

En 2016, le pasteur Fatzer avait observé une grève de la faim dans l'Eglise Saint-Laurent (archives). © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
En 2016, le pasteur Fatzer avait observé une grève de la faim dans l'Eglise Saint-Laurent (archives). © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Partager cet article sur:
30.06.2020

L'affaire Fatzer a trouvé son épilogue. Le pasteur, qui avait observé une grève de la faim de 23 jours en 2016 dans une église lausannoise, et l'Eglise protestante vaudoise (EERV) enterrent la hache de guerre. Les deux parties reconnaissent certains torts.

En 2016, le pasteur Daniel Fatzer avait été licencié avec effet immédiat pour avoir pris la défense, lors d'un culte sur Espace 2, d'un collègue récemment licencié et avoir mis en cause un membre des autorités ecclésiales. Pour protester, il avait entamé une grève de la faim dans l'Eglise Saint-Laurent, puis intenté un procès à l'EERV.

Quatre ans plus tard, et alors que les autorités ecclésiales ont changé, les partenaires ont trouvé un arrangement. Le nouveau Conseil synodal, entré en fonction en septembre 2019, a souhaité trouver une solution en l'église plutôt qu'en justice. Les deux parties l'ont fait savoir mardi dans un communiqué de presse commun.

Caractère passionné

Dans ce document, Daniel Fatzer reconnaît qu'une partie des torts lui revient. Il rappelle son caractère "passionné" et son investissement total, sans la moindre réserve, lorsqu'il s'engage pour une cause.

"Je peux comprendre que la défense de certains collègues, de certains projets, mon enthousiasme pour certaines causes aient pu blesser aussi bien la majorité que les structures du pouvoir. Je les prie donc d'excuser et de pardonner le côté négatif de mes passions, en leur demandant, humblement, de ne pas oublier leur aspect positif", écrit-il.

Congé abusif

Le Conseil synodal admet pour sa part que "le caractère immédiat du congé qu'il a signifié à Daniel Fatzer était abusif, puisque les circonstances ne permettaient pas ce licenciement". La procédure judiciaire s'est terminée par un arrangement à l'amiable. La somme - non communiquée - que l'Eglise aurait dû lui verser ira à différents projets pionniers de l'EERV, qui doivent encore être discutés avec Daniel Fatzer.

ats

Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00