La Liberté

22.01.2021

Patron "genevois" vacciné en Thugovie: Hirslanden s'excuse

Domicilié à Genève, le patron du groupe de luxe Richemont Johann Ruppert aurait dû, moralement, se faire vacciner dans son canton plutôt qu'en Thurgovie, admet le directeur général de Hirslanden Daniel Diedtke (archives). © KEYSTONE/ALEXANDRA WEY
Domicilié à Genève, le patron du groupe de luxe Richemont Johann Ruppert aurait dû, moralement, se faire vacciner dans son canton plutôt qu'en Thurgovie, admet le directeur général de Hirslanden Daniel Diedtke (archives). © KEYSTONE/ALEXANDRA WEY
Partager cet article sur:
22.01.2021

Le patron des cliniques Hirslanden présente ses excuses pour la vaccination en Thurgovie de Johann Rupert, co-propriétaire sud-africain du groupe. Ce dernier fait partie des patients à risque, mais est domicilié dans le canton de Genève.

Il aurait été plus judicieux que Johann Rupert, président du groupe industriel de luxe Richemont, s'inscrive pour se faire vacciner dans son canton de domicile, écrit Daniel Liedtke, directeur général de Hirslanden dans une lettre adressée vendredi à la population thurgovienne.

M. Rupert détient une participation dans le capital de Hirslanden qui exploite un centre de vaccination à Frauenfeld. Il s'y est fait vacciner le 11 janvier avant l'ouverture officielle du centre, parmi douze personnes venues tester son fonctionnement. Sa vaccination a été critiquée dans le canton.

"Manque de sensibilité"

Daniel Liedtke dit accepter et comprendre le reproche "que nous ayons manqué de sensibilité dans le choix de Monsieur Rupert", écrit-il. Ce dernier avait demandé par écrit, le 24 décembre dernier, s'il pouvait se faire vacciner dans une clinique Hirslanden. Il a d'abord reçu une réponse négative.

Deux semaines plus tard, les choses ont pris un tournant différent. Le canton de Thurgovie a alors donné à Hirslanden l'autorisation de vacciner à l'hôpital de Münsterlingen jusqu'à douze personnes à choix avant l'ouverture du centre de Frauenfeld afin de tester la manipulation complexe du vaccin.

Dans ce cadre, Hirslanden a choisi sept "cobayes" dont M. Rupert. Les journaux de Tamedia ont alors rendu ce choix public.

Choix parmi les "locaux" à l'avenir

"Nous avons sous-estimé la force symbolique de la vaccination d'un patient fortuné, même s'il fait partie des personnes à risque en raison d'une grave maladie cardiaque, d'un diabète, d'une pression sanguine élevée et de son surpoids", admet le patron de Hirslanden. A ce titre-là, M. Rupert a droit à une vaccination rapide, mais elle aurait été plus adéquate dans le canton de Genève, selon M. Liedtke.

A l'avenir, Hirslanden ne choisira plus que des personnes domiciliées dans le canton où ont lieu les vaccinations test, souligne son patron dans la lettre.

Le ministre: un ancien de Hirslanden

Autre fait saillant, le chef du département thurgovien de la santé Urs Martin (UDC), avait travaillé pour Hirslanden avant son élection au gouvernement en mars 2020. A sa demande, il n'avait pas participé au choix des exploitants des centres de vaccination en Thurgovie.

Après un processus d'évaluation en plusieurs étapes, l'offre de Hirslanden a été la plus convaincante par rapport aux concurrents, avait indiqué le canton.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00