La Liberté

08.11.2019

Prison pour l'ancien chef des finances de Rimuss

Robert Rahm, patron du producteur de mousseux Rimuss, pardonne à son ancien chef des finances d'avoir détourné deux millions de francs (archives). © KEYSTONE/STR
Robert Rahm, patron du producteur de mousseux Rimuss, pardonne à son ancien chef des finances d'avoir détourné deux millions de francs (archives). © KEYSTONE/STR


08.11.2019

L'ancien chef des finances du producteur de mousseux Rimuss a été condamné vendredi à trois ans de prison, dont six mois ferme. En première instance, le tribunal cantonal de Schaffhouse l'a reconnu coupable d'avoir détourné deux millions de francs de la société.

L'homme âgé de 58 ans a puisé dans la caisse de l'entreprise pendant des années. Il a utilisé l'argent pour financer l'équipe de football féminine du FC Neunkirch. Il payait les salaires de joueuses, leurs loyers et leurs primes d'assurance maladie.

Confiance absolue

Pour les juges, le prévenu a déployé une importante énergie criminelle. Les systèmes mis en place pour détourner l'argent étaient parfois raffinés. En tant que chef des finances, il bénéficiait d'une confiance absolue, ce qui lui a permis d'agir ainsi.

Une ancienne collaboratrice de Rimuss âgé de 32 ans a aussi comparu devant le tribunal cantonal. Le Ministère public l'accusait de complicité et d'avoir falsifié des documents pour aider le prévenu. Elle était active au sein de l'équipe féminine de football du FC Neunkirch. Elle a été acquittée. Le bénéfice du doute profite à l'accusée, a souligné le tribunal.

Le détournement d'argent a été constaté lors d'une révision. Le prévenu s'est dénoncé lui-même. Le Ministère public a requis une peine de trois ans et demi de prison pour gestion déloyale, instigation à commettre un délit et faux dans les titres.

Pas de stratégie précise

Le prévenu a été licencié. Selon ses déclarations devant les juges, il travaille actuellement pour une entreprise de transports. Il a affirmé qu'il avait agi sans stratégie précise. Lorsqu'il s'est dénoncé lors de la révision des comptes, il a pensé à se suicider.

Les agissements de son client ne sont pas excusables, a déclaré son avocat. Il a certes démontré une énergie criminelle, mais il a agi de façon stupide et maladroite. Il n'a en outre pas détourné l'argent à son profit personnel.

A l'issue du procès, le patron de Rimuss Robert Rahm a déclaré qu'il pardonne à son ancien collaborateur. C'est aujourd'hui un homme différent. Il travaille et essaye de rembourser l'argent détourné.

ats

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00