La Liberté

15.04.2019

Prix Pulitzer à deux enquêtes journalistiques sur Trump

Le prix Pulitzer a entre autres été attribué lundi à deux enquêtes journalistiques sur le président américain Donald Trump. © KEYSTONE/EPA/CRAIG LASSIG
Le prix Pulitzer a entre autres été attribué lundi à deux enquêtes journalistiques sur le président américain Donald Trump. © KEYSTONE/EPA/CRAIG LASSIG


15.04.2019

Le prix Pulitzer a entre autres été attribué lundi à deux enquêtes journalistiques sur Donald Trump, la première du New York Times et la seconde du Wall Street Journal (WSJ). Toutes deux sont défavorables au président.

L'enquête du quotidien new-yorkais évoquait comment l'ancien promoteur avait bâti sa fortune. Celle du WSJ a révélé l'existence de versements pour acheter le silence de deux anciennes maîtresses supposées de Donald Trump.

Récompensés dans la catégorie "journalisme explicatif", David Barstow, Susanne Craig et Russ Buettner, du New York Times, étaient partis des affirmations récurrentes du président des Etats-Unis selon lesquelles il s'était fait tout seul. Après plus d'un an d'enquête, ils ont affirmé, début octobre, que Donald Trump avait, en réalité, reçu de son père, sur plusieurs années, l'équivalent de 413 millions de dollars d'aujourd'hui.

Des fonds qui auraient, pour partie, été transférés par le biais d'une société écran, ce qui leur aurait permis d'échapper à l'impôt. L'enquête, "à charge" selon Donald Trump, avait été balayée par le président républicain, qui avait qualifié son contenu d'"ennuyeux" et "déjà vu".

Elle a néanmoins débouché sur l'ouverture d'une enquête par l'administration fiscale de l'Etat de New York, dont les conclusions ne sont pas connues.

Liaison supposée

Le prix attribué au Wall Street Journal, dans la catégorie "journalisme national", ne l'a pas été pour une enquête mais une série d'articles. Début janvier 2018, le quotidien financier avait été le premier à rapporter l'existence d'une liaison supposée entre Donald Trump et l'actrice de films pornographiques Stephanie Clifford, alias Stormy Daniels.

En novembre 2016, il avait déjà publié le scoop du versement de 150'000 dollars que le groupe de presse American Media Inc (AMI), éditeur de l'hebdomadaire à scandale "National Enquirer", avait fait à une ancienne playmate, Karen McDougal, pour les droits du récit de son aventure supposée avec le futur président des Etats-Unis. Allié, à l'époque, de Donald Trump, AMI avait en réalité l'intention d'enterrer l'histoire, selon plusieurs médias américains.

Donald Trump a toujours nié l'existence de ces liaisons. Son ancien avocat et homme de confiance, Michael Cohen, a affirmé, sous serment, que le milliardaire n'ignorait rien des paiements qu'il avait effectué en son nom.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00