La Liberté

18.02.2019

Quelque 150 grévistes à Fribourg pour la défense des retraites

Le personnel de la ville de Fribourg, ici le débrayage du 29 janvier, est appelé à faire grève lundi après-midi pour lutter contre le projet de révision de la caisse de pension de la ville (archives). © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Le personnel de la ville de Fribourg, ici le débrayage du 29 janvier, est appelé à faire grève lundi après-midi pour lutter contre le projet de révision de la caisse de pension de la ville (archives). © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
La grève a rassemblé quelque 150 employés, provenant avant tout des services de la voirie. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
La grève a rassemblé quelque 150 employés, provenant avant tout des services de la voirie. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Les grévistes demandent aux autorités de revoir la révision afin de réduire l'ampleur de la baisse des rentes. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Les grévistes demandent aux autorités de revoir la révision afin de réduire l'ampleur de la baisse des rentes. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Les grévistes exigent l'ouverture de négociations et le report d'un an de l'entrée en vigueur de la réforme. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Les grévistes exigent l'ouverture de négociations et le report d'un an de l'entrée en vigueur de la réforme. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Les manifestants ont terminé leur cortège à la déchetterie des Neigles, sous le pont de La Poya. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Les manifestants ont terminé leur cortège à la déchetterie des Neigles, sous le pont de La Poya. © KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ


18.02.2019

La ville de Fribourg a connu lundi la première grève de son histoire. Le mouvement, partiel avec des grévistes représentant un quart des employés environ, proteste contre l'assainissement de la Caisse de prévoyance du personnel de la ville de Fribourg (CPPVF).

La grève s'est limitée à lundi après-midi. Elle a rassemblé quelque 150 employés, provenant avant tout des services de la voirie, mais aussi d'autres services du chef-lieu cantonal, a constaté sur place Keystone-ATS. On pouvait entendre des slogans tels que "travailler plus pour toucher moins" ou "on n'est pas des privilégiés".

Dans la foulée d'une pétition munie de 337 signatures, déposée en novembre, les grévistes demandent aux autorités de revoir la révision, afin de réduire l'ampleur de la baisse des rentes. Ils exigent l'ouverture de négociations et le report d'un an de l'entrée en vigueur de la réforme, prévue en l'état au 1er janvier 2020.

Devant le législatif

Le mouvement coïncidait avec la tenue lundi soir d'une séance du Conseil général du chef-lieu cantonal. Le législatif devait en principe voter la réforme de la caisse de pension, négociée ces deux dernières années. Les grévistes espéraient lundi après-midi obtenir au moins le report de l'acceptation de l'assainissement.

Le Syndicat des services publics (SSP), en première ligne dans l'action de soutien aux grévistes, a fait voter deux résolutions: l'une pour le Conseil général et l'autre pour le Parti socialiste de la ville. A ses yeux, le PS, qui détient 30 des 80 sièges du législatif, est appelé à jouer son rôle de défenseur des salariés.

S'exprimant au terme d'un cortège qui a conduit les grévistes à la déchetterie des Neigles, sous le pont de La Poya exactement, Gaétan Zurkinden les a félicités, en leur disant qu'ils envoyaient là un "signal fort " à l'intention des autorités communales. De source syndicale, la ville de Fribourg compte environ 650 employés.

Deux débrayages

Après des discours, les grévistes ont mangé une saucisse, tout en discutant de la situation, avant de remonter vers le bâtiment où devait se tenir la séance du Conseil général. Avant la grève de lundi, les employés avaient déjà pris part à deux débrayages, les 29 janvier et 14 février, avec à chaque fois quelque 200 participants.

Le législatif de la ville de Fribourg est à majorité de gauche, avec un PS qui apparaît divisé sur la question des conditions de l'assainissement de la CPPVF. Les socialistes ont déposé un amendement, suite à une réunion du groupe il y a une semaine tout juste, qui propose d’injecter 900'000 francs supplémentaires.

L'objectif du texte vise à limiter la perte maximale de rente à 15%. Les Verts devaient pour leur part venir lundi soir avec une proposition de renvoi du message du Conseil communal. La droite s'oppose à tout geste complémentaire.

L'Etat de Fribourg aussi

Jusqu'à présent, le syndic socialise de Fribourg, Thierry Steiert, s'est montré inflexible, répétant que les efforts demandés étaient symétriques entre les employés et l'employeur. La réforme de la CPPVF a été négociée au sein du comité paritaire de l'institution, ce qui assure, selon lui, une représentation équitable des parties.

Les employés protestataires ne comprennent par ailleurs pas pourquoi le PS adopte une autre position que pour la révision de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg. Dans le cas du canton, la procédure de consultation en cours jusqu'au 15 mars se veut plus large.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00