La Liberté

14.01.2018

Raiffeisen voit un risque pour sa réputation

Les risques pour la réputation liés à l'enquête de la FINMA sont disproportionnés, estime Patrik Gisel, patron du numéro trois bancaire helvétique (archives). © KEYSTONE/SIGGI BUCHER
Les risques pour la réputation liés à l'enquête de la FINMA sont disproportionnés, estime Patrik Gisel, patron du numéro trois bancaire helvétique (archives). © KEYSTONE/SIGGI BUCHER


14.01.2018

La procédure en cours de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) nuit à l'image de Raiffeisen. Patrik Gisel, patron du groupe, estime sérieux les risques pour la réputation du numéro trois bancaire helvétique.

"À mon avis, les risques pour la réputation sont disproportionnés par rapport au contenu de l'enquête", déclare Patrik Gisel dans les colonnes de l'hebdomadaire alémanique Sonntagszeitung. La FINMA examine à la loupe la gestion de l'entreprise. Elle a lancé en octobre une procédure portant sur la gouvernance au sein du groupe.

Selon Patrik Gisel, la procédure avait pour objet la transparence des processus de décision et les protocoles y relatifs. Raiffeisen a connu une croissance rapide grâce aux prises de participations, mais les processus n'ont pas été adaptés au même rythme, ce qui soulève des questions.

A en croire le directeur général, la banque a pu fournir toutes les explications nécessaires à l'autorité de surveillance. L'enquête aura coûté à la banque un montant "à un chiffre élevé" en millions de francs.

Pierin Vincenz reste

Au centre de la procédure figurait la prise de participation majoritaire dans la société Investnet, dont Raiffeisen détient 60%. Pierin Vincenz, ancien CEO de Raiffeisen, restera pour l'instant président du conseil d'administration d'Investnet.

"Nous ne prévoyons aucun changement", déclare Patrik Gisel. Il estime qu'Investnet peut bénéficier "des relations et de l'expérience" de Pierin Vincenz.

Pourtant, fin décembre, le gendarme des marchés financiers a clos l'enquête à l'encontre de Pierin Vincenz, estimant qu'elle était devenue sans objet. Ce dernier avait en effet quitté entre-temps toutes ses fonctions dirigeantes auprès d'établissements assujettis à la FINMA - dont la présidence de l'assureur Helvetia - et renoncé à l'avenir à toute fonction de ce genre.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00