La Liberté

25.09.2018

Réfugiés: un médecin sud-soudanais lauréat du Prix Nansen

Le conflit au Soudan du Sud a fait des centaines de milliers de déplacés (archives). © KEYSTONE/AP/SAM MEDNICK
Le conflit au Soudan du Sud a fait des centaines de milliers de déplacés (archives). © KEYSTONE/AP/SAM MEDNICK


25.09.2018

Un médecin sud-soudanais est lauréat cette année du Prix Nansen sur les réfugiés. Evan Atar Adaha succède à l'avocat nigérian Zannah Mustapha, a annoncé mardi à Genève le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR).

Le Dr Atar est récompensé pour son engagement depuis 20 ans pour assister ceux qui sont contraints de fuir les violences au Soudan et au Soudan du Sud. Il aide également les communautés d'accueil.Etabli à Bunj, dans le nord-est du Soudan du Sud, il dirige le seul hôpital opérationnel pour plus de 200'000 personnes, dont près de 150'000 réfugiés au total.

Chaque semaine, ce dispositif permet en moyenne 58 interventions chirurgicales dans des conditions difficiles et un équipement limité. Seul centre de santé de ce type pour l'ensemble de la région, il est surchargé. Au total, près de 2 millions de personnes sont déplacées dans le pays confronté une guerre civile depuis près de 5 ans et 2,5 millions se sont réfugiées dans les Etats voisins.

"Même au milieu de la tragédie, des actes d'héroïsme" ont été observés, affirme le Haut commissaire Filippo Grandi. Il salue "la profonde humanité" du Dr Atar qui a sauvé des milliers de personnes. Au prix de la propre sécurité du médecin. Dans le premier hôpital qu'il avait établi, il a souvent dû oeuvrer sous les raids aériens. En 2011, l'augmentation des violences l'ont contraint de fuir avec ses collaborateurs et de l'équipement pendant un mois.

Deux jours sans arrêt

Arrivé à Bunj, il a lancé son premier site dans un centre de santé abandonné. Depuis, il a obtenu du financement et a encadré de nombreuses infirmières. Au total, en 2017, les réfugiés constituaient plus de 70% de ses patients.

"Nous prenons en charge tout le monde, peu importe qui ils sont", dit M. Atar. Il se dit ravi lorsqu'il peut sauver des vies. Parfois, il travaille pendant deux jours sans arrêt. Il rend visite à sa famille trois fois par an au Kenya.

L'assistance du HCR face aux 300'000 réfugiés au Soudan du Sud, notamment depuis 2012 pour le Dr Atar, n'est financée qu'à 15%. Même si l'hôpital a été amélioré, il faut encore davantage d'efforts, estime l'agence onusienne.

M. Atar va recevoir une médaille et 100'000 dollars. La cérémonie de remise du prix aura lieu lundi prochain à Genève, en présence de l'une des ambassadrices du HCR, l'actrice australienne Cate Blanchett.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00