La Liberté

29.11.2019

Relier Sierre à Crans-Montana en funiculaire et "Funibus"

Un exemple de Funibus de 35 places (photo montage). © Crédit Paul Glassey
Un exemple de Funibus de 35 places (photo montage). © Crédit Paul Glassey


29.11.2019

La suppression de quatre des six arrêts intermédiaires du funiculaire reliant Sierre à Crans-Montana a provoqué oppositions et pétition. Un projet alternatif "Funibus" a été présenté par les opposants vendredi à la presse.

Le funiculaire reliant Sierre à la station valaisanne de Crans-Montana doit subir un sérieux lifting: le rail, plus que centenaire, et les deux cabines âgées de plus de 25 ans seront remplacés.

Avec le nouveau funiculaire, la cadence des courses passera de 30 à 20 minutes. Pour garantir ce rythme, la compagnie SMC a décidé de supprimer quatre arrêts intermédiaires sur six.

De quoi provoquer l'irritation d'habitants et d'usagers qui se sont réunis dans l'association "F'unis", regroupant actuellement 167 membres et sympathisants. Outre une pétition, qui a récolté 8745 signatures déposées il y a près d'un an à la Chancellerie d'Etat, et le soutien du Grand Conseil qui a invité le gouvernement à analyser toutes les alternatives possibles, l'association, soucieuse de trouver un terrain d'entente, a soumis le projet "Funibus" au service cantonal de la mobilité le 20 novembre dernier.

Combiné, seul ou en tandem

"Funibus" est une petite cabine de funiculaire pouvant embarquer quarante personnes au maximum. Elle serait utilisée en complément du funiculaire prévu par SMC, sur le modèle des trains directs et omnibus.

Concrètement, le "Funibus" partirait de Sierre en principe juste avant le funiculaire et desservirait sur demande toutes les stations intermédiaires. Au milieu de son parcours, il se mettrait sur la voie de croisement pour laisser passer le funiculaire direct, avant de poursuivre sa route.

Mais le Funibus pourrait aussi être utilisé tout seul, lorsque la fréquentation est moindre. A l'inverse, lors de grosses affluences, comme par exemple au 1er août où lors d'événements importants en station, il pourrait circuler en tandem en trajets directs avec le funiculaire et transporter jusqu'à 640 personnes à l'heure.

Respectueux de l'environnement

Dominique Rouvinet, président de F'unis ne voit que des avantages au projet de Funibus développé par Paul Glassey, spécialiste de la conception/construction de funiculaires et de remontées mécaniques à câble. D'abord, il permettrait de maintenir les arrêts intermédiaires et d'éviter l'offre de bus supplémentaires "peu écologique" préconisée par SMC.

Il offrirait aussi une cadence de desserte et une capacité de transport accrues ainsi qu'une plus grande souplesse vis-à-vis des variations d'affluence et de visions touristiques, énumère Dominique Rouvinet. A cela s'ajoute le fait de pouvoir toujours compter sur un véhicule lorsque les deux autres sont arrêtés pour maintenance.

De plus, le Funibus stockera l'énergie produite par sa cabine à la descente et l'utilisera à la montée. Autant d'éléments démontrant qu'il s'agit d'un projet "durable qui entre parfaitement dans les dix objectifs de l'agenda 2030 des Nations unies sélectionnés par le canton du Valais", estime Dominique Rouvinet.

Un surcoût de 12 millions de francs

Le Funibus coûterait quelque 12 millions de francs, infrastructures comprises. Une somme qu'il faut ajouter aux 25 millions de francs prévu par SMC pour reconstruire le funiculaire existant.

"Ce surcoût, certes assez important, est un investissement pour les 50 à 80 ans à venir", justifie le président de F'unis. Le projet quel qu'il soit, sera " en principe financé à 50% par la Confédération et à 30% par le canton".

Pour l'heure, le dossier est dans les mains du service cantonal de la mobilité, duquel F'unis espère un préavis positif. Un appui important pour soumettre le dossier à l'Office fédéral des transports, souligne Dominique Rouvinet.

Plusieurs autres projets en Valais

En Valais, une petite dizaine de nouveaux projets de liaison entre plaine et montagne sont à l'étude. Le plus avancé est celui qui veut relier Sion aux Mayens de l'Ours et au domaine skiable des 4 vallées par une télécabine.

La demande de concession et d'approbation des plans a été déposée début 2019 auprès de l'Office fédéral des transports. Le projet est estimé à 24 millions de francs environ et la liaison espérée pour 2022.

ats

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00