La Liberté

12.11.2018

Roquettes palestiniennes sur Israël et raids en représailles

Les brigades Ezzedine al-Qassam, le bras armé du Hamas, ont lancé lundi des centaines de roquettes en représailles aux évènements de dimanche. Sept Palestiniens, dont les funérailles ont eu lieu dimanche, avaient été tués lors d'une incursion de l'armée israélienne dans l'enclave. © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Les brigades Ezzedine al-Qassam, le bras armé du Hamas, ont lancé lundi des centaines de roquettes en représailles aux évènements de dimanche. Sept Palestiniens, dont les funérailles ont eu lieu dimanche, avaient été tués lors d'une incursion de l'armée israélienne dans l'enclave. © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER


12.11.2018

La bande de Gaza est en proie lundi soir à une nouvelle poussée de fièvre. Des centaines de roquettes palestiniennes ont été tirées vers Israël, entraînant des dizaines de frappes aériennes en représailles.

Trois Palestiniens ont été tués par les frappes israéliennes en réponse aux tirs de roquettes palestiniennes qui ont fait une dizaine de blessés israéliens. Dans la soirée, l'aviation israélienne a détruit le bâtiment d'Al-Aqsa TV, la chaîne du mouvement islamiste Hamas.

Crainte d'une nouvelle guerre

Ces hostilités surviennent après des mois de tensions faisant redouter une quatrième guerre en dix ans entre Israël et le Hamas. Le mouvement islamiste palestinien gouverne sans partage l'enclave sous blocus, coincée entre l'Etat hébreu, l'Egypte et la Méditerranée.

La veille, une opération des forces spéciales israéliennes avait déjà mal tourné. Un officier israélien et sept Palestiniens avaient été tués. Dix-sept roquettes avaient ensuite été tirées vers Israël, a indiqué l'armée. Aucune victime n'a été rapportée.

Le lieutenant-colonel tué dimanche est le deuxième soldat israélien tué depuis la montée des tensions entre Israël et la bande de Gaza fin mars. Au moins 231 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date.

Barrage de roquettes

Au bout d'une journée de répit, les violences ont repris lundi en fin d'après-midi. Un tir de la bande de Gaza a directement atteint un bus israélien, blessant gravement une personne selon les secours, et l'armée israélienne a frappé une position dans l'enclave palestinienne. La chronologie de ces deux évènements n'apparaît pas clairement.

En peu de temps, un barrage de roquettes palestiniennes a été tiré en direction d'Israël. L'armée israélienne a indiqué avoir dénombré environ 300 tirs en provenance de Gaza, dont plusieurs dizaines ont été interceptées selon elle par le système de défense anti-missiles. Neuf Israéliens ont été légèrement blessés, selon les secours.

Les brigades Ezzedine al-Qassam, le bras armé du Hamas, ont indiqué lundi soir avoir lancé les roquettes en représailles aux évènements de dimanche. Elles ont menacé d'intensifier leurs frappes en fonction de la riposte israélienne.

Retour prématuré de Netanyahu

La confrontation de dimanche a provoqué le retour prématuré de Paris de Benjamin Netanyahu. Le Premier ministre israélien a réuni lundi le ministre de la Défense Avigdor Lieberman et les responsables de la sécurité. Il a déclaré qu'il ne "reculerait pas devant une guerre" si elle était nécessaire, mais chercherait à l'éviter "si elle n'était pas indispensable".

Les dernières semaines, les signes d'une possible détente se sont pourtant succédé dans et autour de Gaza. Les autorités israéliennes, qui contrôlent tous les accès de l'enclave sauf la frontière égyptienne, ont autorisé la semaine passée le Qatar, soutien de longue date du Hamas, à acheminer dans le territoire 15 millions de dollars.

L'opération va de pair avec les efforts déployés depuis des mois par l'Egypte et l'ONU en vue d'une trêve durable entre Israël et le Hamas.

ats, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00