La Liberté

11.10.2018

Scènes de dévastation en Floride après le passage de l'ouragan Michael

Le puissant ouragan Michael a frappé de plein fouet le nord-ouest de la Floride mercredi en milieu de journée avec des vents de 250 km/h. © KEYSTONE/AP Tampa Bay Times/DOUGLAS R. CLIFFORD
Le puissant ouragan Michael a frappé de plein fouet le nord-ouest de la Floride mercredi en milieu de journée avec des vents de 250 km/h. © KEYSTONE/AP Tampa Bay Times/DOUGLAS R. CLIFFORD
Le puissant ouragan Michael a frappé de plein fouet le nord-ouest de la Floride mercredi en milieu de journée avec des vents de 250 km/h, laissant dans son sillage des destructions, des dégâts importants et des inondations sur le littoral. © KEYSTONE/EPA/DAN ANDERSON
Le puissant ouragan Michael a frappé de plein fouet le nord-ouest de la Floride mercredi en milieu de journée avec des vents de 250 km/h, laissant dans son sillage des destructions, des dégâts importants et des inondations sur le littoral. © KEYSTONE/EPA/DAN ANDERSON
L'ouragan Michael, rétrogradé en tempête, a provoqué d'importants dégâts, ici un entrepôt à Panama City, en Floride. © KEYSTONE/EPA/DAN ANDERSON
L'ouragan Michael, rétrogradé en tempête, a provoqué d'importants dégâts, ici un entrepôt à Panama City, en Floride. © KEYSTONE/EPA/DAN ANDERSON
Certaines maisons aux fines cloisons de bois ont été mises en pièces, leur intérieur se transformant en chaos total. Des auvents et des façades se sont écroulés sur des voitures. Dans la marina de Panama City des voiliers ont été projetés les uns sur les autres, leurs gréements s'enchevêtrant. © Keystone/EPA/DAN ANDERSON
Certaines maisons aux fines cloisons de bois ont été mises en pièces, leur intérieur se transformant en chaos total. Des auvents et des façades se sont écroulés sur des voitures. Dans la marina de Panama City des voiliers ont été projetés les uns sur les autres, leurs gréements s'enchevêtrant. © Keystone/EPA/DAN ANDERSON


11.10.2018

Les habitants du nord-ouest de la Floride ont découvert jeudi à leur réveil des scènes de désolation après le passage de l'ouragan Michael. Les vents d'une violence inouïe ont causé la mort d'au moins cinq personnes.

Des milliers de soldats et de secouristes étaient engagés dans une vaste opération de recherche et de sauvetage, notamment dans les maisons endommagées ou effondrées et dans les zones inondées peu accessibles. Des centaines de milliers de personnes restaient privées de courant et les communications demeuraient très difficiles.

Les rues de Panama City, station balnéaire frappée en première ligne par l'ouragan de catégorie 4 quand il a touché terre, étaient jonchées de débris, branches d'arbres, toitures arrachées, morceaux de verre. Un mur d'eau et des vents puissants s'y sont déchaînés mercredi pendant presque trois heures, selon des journalistes de l'AFP.

Certaines maisons aux fines cloisons de bois ont été mises en pièces, leur intérieur se transformant en chaos total. Des auvents et des façades se sont écroulés sur des voitures. Dans la marina de Panama City, des voiliers ont été projetés les uns sur les autres, leurs gréements s'enchevêtrant.

Bilan incertain

"Il s'agit d'une dévastation impensable", a commenté jeudi Rick Scott, le gouverneur républicain de la Floride. "J'ai entendu dire que beaucoup de personnes ont été blessées", a-t-il ajouté. Le gouverneur a appelé la population à limiter les sorties à l'extérieur: "Il y a des lignes électriques tombées par terre. Il y a des arbres partout au sol".

L'étendue des dommages restait incertaine jeudi et l'ouragan a fait au moins cinq morts: en Floride, quatre personnes ont perdu la vie selon le bureau du shérif du comté de Gadsden et une fillette de 11 ans a été tuée lorsqu'un auvent de garage a atterri sur sa maison dans l'Etat voisin de Géorgie, selon les autorités.

Le premier, en Floride, est "lié à des débris, un arbre est impliqué", a dit une porte-parole du comté de Gadsden. En Géorgie, une fillette de onze ans a été tuée lorsqu'un auvent de garage a atterri sur sa maison, a indiqué à l'AFP le chef des services de secours dans le comté de Seminole.

Deux hôpitaux de Panama City ont été endommagés, a indiqué le gouverneur Scott, précisant qu'ils étaient "en voie d'être fermés". Des cliniques de campagne sont installées pour traiter les victimes, a assuré l'élu républicain. "Ma plus grande préoccupation est de perdre éventuellement des vies", a-t-il dit.

Trump: reconstruction "rapide"

Dans la ville de Dothan, en Alabama, des panneaux publicitaires et des poteaux électriques ont été arrachés, les toits en tôle de plusieurs commerces ont volé ou se sont affalés, des arbres ont été arrachés et certains, tombés en travers de la route avaient été tronçonnés au petit matin pour permettre aux voitures de circuler, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Le courant était coupé à différents carrefours et la police faisait la circulation. La pluie avait déjà été absorbée. La reconstruction "va être rapide. On fera en sorte qu'elle soit rapide", a promis le président Donald Trump, interviewé jeudi par la chaîne Fox News. Lors d'un meeting la veille, M. Trump avait indiqué qu'il se rendrait "très rapidement en Floride".

Après avoir charrié des vents de 250 km/h, l'ouragan Michael a été rétrogradé en tempête tropicale. La Floride traversée, il a poursuivi sa course en Alabama et en Géorgie, et se trouvait au-dessus de la Caroline du Sud jeudi matin.

Jeudi en soirée, l'ouragan Michael générait des vents de 85 km/h, et il se déplaçait à 37 km/h, selon le bulletin du Centre national des ouragans. Sa vitesse devrait continuer à augmenter la nuit prochaine, ont précisé les météorologues.

Rare vitesse pour octobre

Il devait toucher la Caroline du Nord et le sud de la Virginie jeudi après-midi et soir, où des précipitations jusqu'à environ 22 cm sont attendues par endroits, pouvant conduire à de dangereuses inondations. Michael devrait ensuite atteindre l'Atlantique tard jeudi ou vendredi matin.

Jamais dans l'histoire météorologique enregistrée, un ouragan n'avait frappé les Etats-Unis continentaux au mois d'octobre à une telle vitesse, a expliqué Philip Klotzbach, météorologue spécialiste des ouragans à la Colorado State University. Le mois d'octobre correspond à la fin de la saison des ouragans, qui dure de juin à novembre.

ats, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00