La Liberté

27.06.2019

Séoul accusé de "s'immiscer" dans les négociations sur le nucléaire

Kim Jong-un et Moon Jae-in se sont rencontrés plusieurs fois en 2018 (archives). © KEYSTONE/EPA PYONGYANG PRESS CORPS POOL/PYONGYANG PRESS CORPS / POO
Kim Jong-un et Moon Jae-in se sont rencontrés plusieurs fois en 2018 (archives). © KEYSTONE/EPA PYONGYANG PRESS CORPS POOL/PYONGYANG PRESS CORPS / POO


27.06.2019

Pyongyang a demandé jeudi à Séoul de cesser de "s'immiscer" dans ses négociations sur le nucléaire avec Washington. Cette remarque a eu lieu à quelques jours de la visite en Corée du Sud du président américain Donald Trump.

Les discussions sur le nucléaire entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sont au point mort depuis le fiasco, en février à Hanoï, du second sommet entre ce dernier et le leader nord-coréen Kim Jong-un.

Les deux camps n'étaient pas parvenus à un accord sur l'allégement des sanctions internationales pesant sur la Corée du Nord et sur les mesures que Pyongyang devrait prendre en échange. Depuis, les contacts entre les deux camps ont été extrêmement limités.

Pour autant, le président sud-coréen Moon Jae-in, qui avait joué un rôle crucial l'an dernier dans la détente apparue sur la péninsule, a assuré mercredi que l'éventuelle tenue d'un troisième sommet entre MM. Trump et Kim faisait l'objet de "discussions en coulisses" entre Washington et Pyongyang.

Séoul pas un "médiateur"

"Il existe également un dialogue entre le Sud et le Nord au travers de différents canaux", a-t-il dit dans des réponses écrites aux questions de plusieurs médias. Séoul a récemment décidé une enveloppe de huit millions de dollars d'aide alimentaire pour le Nord.

Mais un responsable du ministère nord-coréen des affaires étrangères a dénoncé jeudi l'attitude de la Corée du Sud en affirmant qu'elle cherchait à se donner une place qu'elle n'a pas en posant comme "médiateur".

Dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle KCNA, ce responsable a dit que les Etats-Unis et la Corée du Nord étaient les "parties directes". "Ce n'est absolument pas un sujet dans lequel le gouvernement sud-coréen peut s'immiscer".

Si la Corée du Nord doit entrer en contact avec Washington, elle peut utiliser "les canaux de communication qui existent déjà", a-t-il ajouté, en ajoutant que cela ne se ferait "jamais au travers du gouvernement sud-coréen".

Washington et Pyongyang se sont imputé mutuellement la responsabilité de l'échec du sommet de Hanoï. Depuis lors, le Nord a accusé les Etats-Unis de "mauvaise foi" et leur a donné jusqu'à la fin de l'année pour changer de stratégie.

ats, afp

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00